Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Ne pas oublier Ghali


Vu de Mauritanie par MFO
Lundi 14 Janvier 2013 - 22:22


Autres articles
Ne pas oublier Ghali
La Ligue mauritanienne des Droits de l’Homme a organisé une cérémonie dédiée à la mémoire de feu Ghali Ould Abdel Hamid, décédé le 29 décembre dernier.
 
Me Ghali Ould Abdel Hamid est le premier président d’une Ligue des Droits de l’Homme en Mauritanie. Il avait milité pour la création d’une organisation capable de dénoncer les atteintes aux Droits humains. Une organisation indépendante de tous les protagonistes et dont la position qui s’exprime à travers la défense du droit est acceptée de tous.
 
J’ai connu Ghali Ould Abdel Hamid fin 1988, alors que des voix timides s’élevaient déjà pour dénoncer ce qui paraissait comme des dérives dangereuses. Focalisé d’abord sur les procès politiques, il ne tarde pas à considérer que les prisons étaient aussi des lieux sordides où le non-droit dominait. Il savait très bien quel allié il pouvait trouver dans la presse. Il était l’un des premiers acteurs de la scène mauritanienne à décider d’apporter tout son soutien – matériel et moral – à Mauritanie-Demain qu’animait un groupe de jeunes rêveurs qui prétendaient à l’indépendance.
 
Nous considérâmes très vite que le combat de cet homme était bien le nôtre. Plus âgé que nous, plus introduit dans le milieu intellectuel et politique, il nous épaula jusqu’à nous accompagner et même nous prêter son nom quand Habib et moi décidâmes de quitter Mauritanie-Demain pour créer Al Bayane. Tout en bénissant tout ce que nous faisions et tout en nous soutenant sans faille, Ghali n’intervenait que pour tempérer la fougue qui nous animait et qui était le propre des gens de notre âge. Tempérer… en fait, sa proximité – je préfère ce mot à «présence» qui laisserait entendre qu’il intervenait dans quoi que ce soit -, sa proximité suffisait comme élément modérateur.
 
Il fut l’un de ceux qui avaient eu le courage de dénoncer les agissements racistes du régime de l’époque. Les évènements de 89, ceux de 90 et 91 furent l’objet de fermes condamnations de sa part. La vérité, la justice en son temps… l’une des nombreuses leçons que nous a prodiguées Me Ghali Ould Abdel Hamid.
 
Sont arrivés ensuite les partis qui ont voulu tout phagocyter. Ghali et la LMDH, déjà déstabilisés par un pouvoir qui en a fait des ennemis, durent faire face aux pressions des protagonistes politiques qui ont aussi leur part de responsabilité dans le recul du combat pour les Droits de l’Homme. La cause fut récupérée par les politiques qui en furent un cheval de bataille qui remplaça peu à peu les projets de sociétés. Chaque groupe croyant de son devoir de créer une organisation qui sera une sorte d’excroissance dans le monde naissant de la société civile… c’est ici qu’il faut situer le péché originel qui a biaisé, et pour toujours, ce monde-là. Plus jamais le combat pour les Droits humains ne sera le même et n’aura le même goût… ne serait-ce que parce que Ghali n’était plus là, lui qui avait choisi le retrait loin des tumultes de l’inquiétant Nouakchott qui dominait tout.
 
Et si on décidait – autorité, militants des Droits humains – de créer un «Prix Ghali Ould Abdel Hamid des Droits de l’Homme» ?

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter