Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Moyen-Orient : Un tiers des Saoudiens sont pauvres


International
Lundi 12 Novembre 2012 - 19:00

Les autorités de Riyad n'apprécient pas beaucoup qu'on parle de la pauvreté dans le pays. Pourtant, c'est la réalité du quotidien de la population, rappelle As-Safir.



Ce n’est pas facile pour l’Arabie Saoudite de reconnaître que certains de ses citoyens sont pauvres. Le cliché, c’est celui du Saoudien qui jette son argent par la fenêtre pour assouvir tous ses désirs de consommation. On a du mal à imaginer qu’il y en a qui se limitent au strict nécessaire pour manger et boire, les trois quarts de leur revenu étant absorbés par le loyer. Et cela alors que l’Arabie est un pays extrêmement riche, qui fait de généreuses donations financières et qui accueille des immigrés presque sans limites. [Les travailleurs immigrés représentent environ un tiers de la population.]

Ces dernières années, plusieurs petits films diffusés sur Internet ont porté le sujet sur la place publique. On y voit des familles qui vivent au-dessous du seuil de pauvreté, des hommes qui ne gagnent pas plus de 50 dollars par mois… Personne n’a de chiffres précis, mais les autorités affirment que 800 000 familles bénéficient des programmes sociaux. Sachant qu’une famille saoudienne se compose en moyenne de 6 à 8 personnes et que certaines des familles bénéficiaires comptent jusqu’à 15 membres, on peut estimer le nombre total de pauvres à plus de 6 millions, sur un total d’environ 20 millions de Saoudiens. On note par ailleurs que beaucoup parmi les classes moyennes sont concernés par le déclassement social.

L’économie saoudienne souffre de l’arrimage de la monnaie nationale – le riyal – au dollar américain. Cet arrimage a provoqué une inflation considérable et donc un recul du pouvoir d’achat, malgré les subventions publiques à nombre de produits de première nécessité. A cela s’ajoute la crise du logement. Entre 70 et 90 % des Saoudiens ne sont pas propriétaires de leur logement et ne peuvent que rêver de posséder un jour leur propre maison. La faute en incombe à l’envolée des prix des terrains constructibles. [L’accaparement de terrains puis le fait de bénéficier de travaux publics sont une des sources d’enrichissement des membres de la famille royale.] Le pays a essayé de développer une stratégie de lutte contre la pauvreté, mais il est certain qu’il faudrait apporter des solutions structurelles. Verser toujours plus d’argent ne ferait que rendre les citoyens toujours plus dépendants des aides.

Ahmed Dahman
Pour As-Safir


Source : courrierinternational.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire