Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mohamed Ould Abdel Aziz sur France 24 : "Je suis au courant à la minute de tout ce qui se passe en Mauritanie. Aujourdhui encore plus qu'avant"


Actualité
Mardi 20 Novembre 2012 - 17:53

C'est un Mohamed Ould Abdel Aziz amaigri et essouflé qui est paru sur la chaîne de télévision France 24 pour sa première médiatique après la blessure par balle à l'abdomen, qui ne se sera finalement pas adressé à son peuple en premier.


Mohamed Ould Abdel Aziz, ce mardi 20 novembre 2012, sur le perron de l'Elysée. Crédit : Reuters
Mohamed Ould Abdel Aziz, ce mardi 20 novembre 2012, sur le perron de l'Elysée. Crédit : Reuters
Autres articles
Il y a des moments où on se demande pour qui roulent réellement nos chefs d'état africains. Cette pensée vous effleure nécessairement l'esprit lorsqu'on regarde la première apparition médiatique du président de la république mauritanienne, sur la chaîne française France 24. Alors que depuis un mois et demi, le peuple qui l'a élu guettait le moindre mot qui le sortirait du flou politique, économique, social et administratif dans lequel il se trouvait.

Costumes sombre, les yeux très cernés, très amaigris, la respiration difficile qu'il reprend à presque chaque bout de phrase.Voilà physiquement comment est le néo-Aziz post-blessure.

Toujours omnipotent

Sur le fond, celui que ses adversaires décrivent comme "orgueilleux" et "hyperprésident" a tenu à faire savoir qu'il n'avait jamais été éloigné des affaires du pays. "Je suis au courant à la minute de tout ce qui se passe en Mauritanie. Aujourdhui encore plus qu'avant" lance-t-il péremptoire au journaliste de la chaine francophone.

C'est sur ce ton et cette manière qu'il avait présenté sa mainmise sur les affaires du pays, à la loupe, lors de son show à Atar durant l'été.

Certains espéraient un Aziz plus réfléchi, plus sage, et qui tirerait de son aventure intestinale une leçon de vie qui l'aurait rendu plus humble. Ils en seront pour leurs frais.
Lorsque le journaliste l'interroge sur les manifestations de l'opposition, notamment, et d'autres groupes sociaux, Mohamed Ould Abdel reprend fortement son souffle avant de lancer vertement : "L'opposition ne m'inquiète nullement. Ils ont le droit constitutionnel de manifester en toute liberté".

"Epuiser toutes les solutions diplomatiques au Mali"

Sur le Mali, Aziz évoque une situation complexe, qui ne touche pas que le Mali et son peuple, mais tout le nord et les pays frontaliers, pris en tenaille dans ce conflit. "Car le terrorisme ne connaît pas de frontières. Chacun des acteurs engagés dans ce conflit doit mettre du sien" affirme-t-il. Sans préciser le rôle que la Mauritanie tiendrait dans d'éventuelles négociations avec les groupes armés ou revendicateurs, ou dans une éventuelle intervention militaire.

Sur cette intervention, le président mauritanien "veut aller dans une solution durable de recherche de stabilité et de paix".

"Nous les mauritaniens, avons été victimes de ces terroristes par le passé. Malgré tout cela quand même, je pense qu'il faudrait épuiser toutes les solutions avant de s'engager dans une guerre dont l'objectif serait de libérer le nord, mais qui ne risquerait pas d'éradiquer le terrorisme dans le Sahel. Au contraire, il risquerait même de fédérer les islamistes du monde dans cette zone" conclut-il.

MLK


Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires