Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mobilisation des employés de Sahel Tv : «C’est l’état qui a voulu cela»


Actualité
Vendredi 7 Septembre 2012 - 11:32

La quasi-totalité des soixante employés de la chaîne privée Sahel Tv, étaient mobilisés devant l’hôtel Khatter à Nouakchott, ce mercredi 5 septembre, où se tenait une session extraordinaire du conseil d’administration de la nouvelle télévision. Les bailleurs de fonds, représentant Ehel Ghadda, reprochent à son directeur une ligne éditoriale prônant une trop grande «diversité» dans l’image qu’elle reflète de la Mauritanie.


Les employés de Sahel Tv devant l'hôtel Khatter. Crédit : Noorinfo/MLK
Les employés de Sahel Tv devant l'hôtel Khatter. Crédit : Noorinfo/MLK
C’est une cinquantaine d’employés, de toutes les communautés, furieux, de Sahel qui est venue manifester son soutien à Bah Ould Saleck le DG, menacé de démission lors de la session extraordinaire du conseil d’administration de Maurivision à l’hôtel Khatter, ce mercredi 5 septembre.

Khally Diallo, plus connu sous le nom de Dj Khalzo, est animateur à Sahel Tv. Pour lui, cette manifestation n’est pas motivée essentiellement par le gel des salaires depuis trois mois. «Il y a un racisme de plus en plus affiché, qui avance démasqué dans la société mauritanienne ; c’est d’abord cela que nous pointons du doigt» avance l’animateur.

«Ce sont peut-être des commerçants, mais ils doivent bien savoir qu’une télé ne se gère pas comme une vulgaire boutique. Et nous les employés sommes tous unanimes : Si Bah Ould Saleck part, nous partirons tous avec lui !» continue Khally Diallo.

Se dirigeant vers l’entrée de l’hôtel, Bah Ould Saleck manifeste un signe de victoire à ses employés l’encourageant. «Cette génération veut changer les choses. La diversité ne doit pas être une peur, mais une richesse. Il y a des idées qui ne devraient plus avoir lieu d’être» lance-t-il laconique aux journalistes avant de pénétrer dans l’hôtel.

«Si c’était réellement pour les salaires, nous n’aurions pas manifesté ; nous avons déjà un collectif d’avocats représentés par Me Brahim Ould Ebty, Me Lô Gourmo, Me Fatimata M’Baye ; croyez-moi l’inspection du travail serait déjà passée par là, et nous serions devant un tribunal» argue Khally Diallo.

Anissa Tahar, journaliste, abonde dans le même sens. «Nous travaillons depuis plus de six mois avec monsieur Ould Saleck, la plupart jour et nuit, car nous croyions dans ce projet. Maintenant les bailleurs ont avoué ne pas être convaincus par la direction éditoriale du DG, et ils ont clairement dit que c’était une télé de kawris ; si les autorités laissent passer ce genre de choses, je ne peux plus être optimiste pour une quelconque unité nationale» affirme longuement la jeune femme voilée.

«C’est la volonté de l’état»

"La jeunesse mauritanienne doit être unie dans sa diversité" prône un de slogans des mobilisés.
"La jeunesse mauritanienne doit être unie dans sa diversité" prône un de slogans des mobilisés.
A peine termine-t-il sa phrase, qu’un des fameux «financiers» sort de son rutilant 4*4, se dirigeant rapidement vers l’entrée de l’hôtel, lâchant un «je n’ai rien à dire» à la presse qui se ruait vers lui.

«Il ne dira rien, car il ne peut pas justifier moralement et intellectuellement des telles façons de voir et faire les choses» crie de l’autre côté de la route Djibril Diaw, journaliste reporter vidéo de la chaîne, et porte-parole du collectif d’employés.

«Normalement s’ils sont conscients, cette manifestation, et le soutien qu’elle semble fédérer devrait les interpeller» avance optimiste le réalisateur, qui ne se leurre pas.

«C’est l’Etat qui a voulu cela. Maintenant on l’attend pour qu’il nous parle d’unité nationale, qui ne se décrète pas à partir des salons cossus de Tevragh Zeina. Et à travers cette mobilisation, nous voulons dire, et rappeler à toute la jeunesse mauritanienne, à qui appartient ce pays, que la vraie unité nationale, celle des cœurs, doit être un engagement personnel, et de tous les instants» martèle le porte-parole, qui déplore que la convocation du conseil d’administration qu’il a parcourue, ne mentionne qu’un seul ordre du jour : la démission de Bah Ould Saleck. «Ils n’ont même pas évoqué le cas des salarié», dit, désolé, Djibril Diaw.

A la sortie du conseil d’administration un peu après 21h, la démission de bah Ould Saleck est décidée par les bailleurs. Ce dernier leur réclame presque 600 millions UM de dommages et intérêts pour rupture de contrat abusive.

MLK

Bah Ould Saleck à son arrivée à l'hôtel. crédit : Noorinfo/mlk
Bah Ould Saleck à son arrivée à l'hôtel. crédit : Noorinfo/mlk

Les femmes de Sahel tv aussi sont là. Crédit : Noorinfo/MLK
Les femmes de Sahel tv aussi sont là. Crédit : Noorinfo/MLK
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires