Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mixité à défendre


Vu de Mauritanie par MFO
Dimanche 20 Octobre 2013 - 13:47


Mixité à défendre
L’école que fréquente l’une de mes filles a décidé de séparer garçons et filles. Désormais, les filles ont une cour à part et une porte par laquelle elles doivent entre et sortir. Sans avoir à côtoyer les garçons. Bien sûr que l’administration a réservé la cour la plus grande et la porte la plus large aux garçons. Même les salles réservées aux filles sont moins grandes. Elles sont désormais à l’étroit. Cela peut détériorer les conditions générales d’enseignement car l’administration et les enseignants pourraient être portés à ne pas accorder l’importance qui sied aux classes des filles. Nous sommes dans un pays où la chape de plomb de l’obscurantisme s’étale de jour en jour.

J’ai demandé à quelqu’un de l’administration de l’école en question, on m’a expliqué que c’est par «souci de respecter les normes de la Chari’a». Ma question était alors : «qu’est-ce qu’il y a de nouveau dans la Chari’a qui dicte la séparation de sexe dans les classes ?»
 
A mon avis, nos pères étaient sans doute plus pieux que nous, meilleurs connaisseurs des préceptes religieux, plus respectueux des us et coutumes, plus conservateurs des valeurs originelles…, pourtant ils n’ont jamais remis en cause la mixité dans les espaces publics (ou ce qui en tenait lieu). Alors qu’est-ce qu’il ya ? Rien sinon la volonté de certains d’imposer des règles venues d’ailleurs pour se conformer à des préceptes très discutables  et qui nous font revenir en arrière.
 
Grave le fait d’institutionnaliser ses «reculs» dans les relectures des enseignements qui ont toujours été les nôtres. Grave quand on essaye de les «officialiser». A l’école publique, on a mis fin à la mixité dès les années 90 : le résultat d’une lutte acharnée menée par quelques «clients» du Centre de prêche et de prédication qui a été un moule pour cette pensée u(i)nique et rétrograde. Maintenant la «révolution» arrive dans le privé…
 
Mais l’on oublie que le mal de l’éducation ne situe pas à ce niveau, mais bien à celui du contenu dispensé et de la manière avec laquelle il est dispensé. Et, comme sur d’autres plans, on s’attache à quelques détails «mécaniques» ou «physiques» en tout cas élémentaires pour oublier l’essentiel. Le théâtral au lieu du fondamental.
 
La vision de la femme comme «source de tentation et de perdition» mène nécessairement à des excès que nous devons dénoncer pendant qu’il est temps. L’autre soir, une parente à moi a été empêchée de quitter l’aéroport parce qu’elle avait son fils de sept mois avec elle et qu’elle n’avait pas d’«autorisation parentale». En fait sans l’autorisation du père – pas de la mère, du père seulement -, aucun enfant ne peut quitter le territoire mauritanien. Qu’est-ce que cette loi qui ignore les droits de la mère, le rôle de la mère dans le devenir de l’enfant ? à sept mois, un enfant a d’abord besoin de sa mère, pas de son père. Alors pourquoi on interdit à une mère d’amener son enfant sans avoir l’autorisation écrite du père ? Scandaleux parce que cela découle d’une démarche qui met en doute la moralité de la femme et en cause son rôle dans l’accomplissement de l’individu. Autre expression du mépris que nourrissent certaines sociétés vis-à-vis de la femme. Pas la nôtre. Il s’agit là d’un comportement et d’une perception importés. Comme tout.

Mohamed Fall Oumeir
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter