Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mini remaniement ministériel : Recentrage technique ou brouillage des cartes ?


Actualité
Mardi 19 Février 2013 - 10:55

Un décret de la présidence de la République, rendu public jeudi 14 février 2013, a mis fin aux fonctions de deux ministres, celui de l’Habitat Ismaël Ould Cheikh Sidya et celui de la santé, Bâ El Houceinou. Par delà le caractère inédit de cette mesure, qui prive pour la première fois Boutilimit d’un siège au sein du gouvernement, ce sont autant de questions que ce mini remaniement du gouvernement pose.


Mini remaniement ministériel : Recentrage technique ou brouillage des cartes ?
Entre autres, pourquoi ces deux ministres et pourquoi à cette date précise où la scène politique est toute accaparée par l’Initiative de Messaoud, alors que la scène sociale bouillonne sous l’effet de la cabale lancée contre l’homme d’affaires Ould Bouamatou, sans compter les multiples revendications socioprofessionnelles ?

L’opinion ne s’attendait certainement pas, ce jeudi 14 février 2013, à un mini séisme au sein du gouvernement jusque-là inamovible de Moulaye Ould Mohamed Laghdaf. Si le limogeage du ministre de l’Habitat et de son collègue de la Santé répond selon une approche à des impératifs de recentrage technique, un bon pan de l’opposition estime pour sa part qu’il s’agit plutôt d’une diversion destinée à brouiller les cartes au moment où l’initiative de sortie de crise de Messaoud Ould Boulkheïr fait son chemin au sein de la classe politique et que le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Azie est acculé par la gestion maladroite de l’affaire Ould Boumatou. Entre les uns et les autres, ceux qui semblent plus préoccupés par l’avenir du pays, confronté sur le plan intérieur à des troubles et à sur ses frontières à une crise malienne qui n’a pas encore livré ses secrets.

Il est évident pour l’opinion qu’Ismaël Ould Cheikh Sidiya et Bâ El Houceini Hamady ont payé les frais d’une gestion peu efficiente de leur département. Ainsi, le premier serait emporté par le mauvais management technique du projet de restructuration des quartiers précaires de Nouakchott, le programme phare de Mohamed Ould Abdel Aziz, alors que le second aurait été soufflé par l’affaire des vaccins de R’Kiz et l’importation de médecins étrangers.

Ismaël Ould Cheikh Sidiya
Ismaël Ould Cheikh Sidiya
Ismaël Ould Cheikh Sidiya

Pour avoir installé le chaos dans la gestion des Gazras, Ismaël Ould Cheikh Sidiya, dont les équipes s’étaient empêtrés dans le labyrinthe inextricable des « Moudakhalat », avec de forts soupçons de corruption dans la chaîne de commandement, avait depuis des mois la tête presque sur le billot. Personne ne se demandait si sa tête allait être tranchée, tellement c’était évident, mais on se demandait quand ? Avec sa chute, la ville de Boutilimit perd pour la première fois dans l’histoire politique du pays, un représentant au sein du gouvernement. Il s’agissait en fait d’un contrat presque tacite entre les différents pouvoirs qui se sont succédé, surtout depuis Ould Taya. Une façon de contrer un Ahmed Ould Daddah qui a pourtant emporté sa ville lors de la présidentielle de 2007, la seule élection réellement transparente dans l’histoire du pays selon les observateurs. Le nouveau patron du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, Bâ Yahya, ancien président de la Commission nationale des marchés, hérite ainsi d’un cadeau empoisonné. Pour démêler les écheveaux d’une restructuration barbouillée de mille pièges, il lui faudra d’abord se débarrasser d’une bonne partie de l’équipe présente, impliquée jusqu’au cou, dans la magouille entretenue qui empêche à l’opération d’être bouclée. Déjà que l’Etat l’a beaucoup aidé en le débarrassant d’une des têtes du dragon, à savoir le préfet d’Arafat, mais celui qui est resté, le préfet de Toujounine, se révèlera encore plus nocif pour le programme éventuel qu’il va mettre en place pour faire avancer le projet, tellement cet administrateur est décrié par les populations bénéficiaires. Il restera un os plus dur à dompter pour Bâ Yahya.

Il s’agit de la fameuse Agence de développement urbain (Adu), dont l’action sur le terrain fait l’objet de vives critiques de la part des squatters. Ses agents, qui se sont arrogé presque un statut de divinité au sein des masses, adulés, côtoyés, chouchoutés, avec un droit de « vie et de mort » sur telle Gazra et telle autre, font la pluie et le bon temps. C’est cette machinerie où il ne sera pas le seul à avoir son mot à dire qui rendra la tâche encore plus compliquée pour Bâ Yahya. Ce qui est sûr, l’enfer d’où vient de sortir Ismaël Ould Cheikh Sidya ne sera nullement une sinécure pour lui et ses dernières convictions morales risquent d’être abattues par le Grader qui a déjà tué bien des espoirs et brisé autant de vie.


Ba El Houceinou
Ba El Houceinou
Bâ El Houceinou

Quant à Bâ El Houceinou Hamady, il a été finalement rattrapé par la bévue des vaccins antipolio de R’Kiz qui ont coûté la vie à des enfants. La sanction a certes mis du temps à remonter, les seuls à avoir payer jusque-là n’étant que de simples exécutants. Dans les normes, Bâ El Houceinou aurait du démissionner après ce drame où des enfants innocents ont payé de leur vie une impardonnable négligence, au lieu d’attendre d’être descendu.

Il est vrai que les ministres mauritaniens ne savent pas prendre leur responsabilité en main et préfèrent attendre d’être publiquement remercié. Mais à cette affaire de R’Kiz se serait ajouté une autre bévue plus grave, car concernant tout simplement l’importation à grands frais de personnels de santé étrangers, qui se sont avérés inutiles, car non doués des compétences requises. Le pire c’est que cette main d’œuvre formée au rabais dans leur pays, touche dix fois plus que les nationaux, sans compter des avantages exorbitants qui leur sont accordés (indemnités de déplacement, logement, heures supplémentaires, etc). Cette opération avait finalement entraîné une large frustration au sein du personnel de santé local. Ce qui risquait de compromettre toutes les politiques de santé jusque-là initiés par le pays à coups de milliards d’UM. En plus de la frustration, cette démarche tue tout sentiment nationaliste et patriotique au sein du personnel mauritanien, car là où le médecin local touche par mois 80.000 UM, le médecin étranger qui fournit les mêmes efforts que lui caracole avec presque 2 Millions d’UM mensuel.

Il est évident qu’Ahmedou Ould Jervoune, hérite d’un département difficile, gangréné par le népotisme, le clientélisme et les passe-droits. L’énormité de la tâche qui l’attend, avec un système sanitaire et médical empêtré dans des problèmes de gestion, de personnel, de matériel, est tel qu’il ne pourra certainement pas répondre à ceux qui se demandent « où sont passés les énormes budgets de la Santé ? » Tellement le système est défectueux et moyenâgeux, malgré le tapage politique fait autour de ce secteur qui se meurt de jour en jour.

De la diversion saupoudrée de recentrage

Selon une bonne partie de l’opposition, ce mini remaniement est l’arbre qui cache la forêt des échecs enregistrés par le gouvernement de l’inamovible Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, dont le maintien répondrait plus à des considérations d’ordre subjectif.

Cette opération de replâtrage serait également destinée à faire diversion, le pouvoir cherchant à détourner l’attention de l’opinion des multiples problèmes qu’il a créés, en lui jetant un os en pâture. Parmi ces problèmes, le bras-de-fer engagé contre l’homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou et dans lequel le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz est en train de prendre eau de toute part, tellement sa propre majorité est partagée à ce propos. S’ajoute à ce problème qui occupe depuis quelques jours la UNE de l’actualité, les augmentations successives du prix du gasoil, celles des produits de première nécessité, les remous sociaux dus à la gestion des Gazras, la remontée de la fibre religieuse et des tensions intercommunautaires, le marasme économique, la gestion du dossier malien de ni engagement-engagement, etc.

JOB
Lu sur l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires