Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Messaoud par Messaoud


Vu de Mauritanie par MFO
Jeudi 24 Mai 2012 - 16:42


Autres articles
Messaoud par Messaoud
La soirée à TVM avec Messaoud Ould Boulkheir, président de l’APP, a été longue et fructueuse. Même si elle a passé sous silence le parcours de l’homme qui aurait, à lui-même, suffi pour poser tous les problèmes de l’évolution récente de la Mauritanie. Mes confrères ont préféré titiller leur invité sur l’actualité politique et sociale et sur ses positionnements actuels.
 
Beaucoup de choses à retenir de ce qu’il a dit, en plus de son témoignage sur les fondateurs du mouvement El Horr, le premier mouvement dédié à la lutte contre l’esclavage. Notamment sur ses relations avec le pouvoir, l’argent, avec ses pairs de l’Opposition, avec les militaires…
 
Il a raconté comment, lui Messaoud avait refusé le rapprochement entamé avec le pouvoir par ses amis de l’Opposition en juillet 2010. «Tant que Ould Abdel Aziz n’a pas officiellement et publiquement appelé au dialogue, soit par sa bouche soit par celle de l’un de ses ministres…»
 
Ce qui fut fait le 28 novembre 2010. Rien n’empêchait plus d’accélérer le processus d’élaboration d’une plate-forme entamé depuis quelques semaines par la COD. Ce qui fut fait. Engageant le président de l’Assemblée nationale qui va jouer ensuite le rôle d’intermédiaire jusqu’à amener les partis qui l’acceptaient à s’impliquer dans le processus du dialogue.
 
Entretemps, il y a eu la tentative de certains de ses partenaires de la COD d’intégrer l’organisation d’élections présidentielles anticipées dans la plate-forme. Ce que Messaoud contesta sans pour autant provoquer la rupture. C’est surtout la «révolution arabe» qui va tout déprogrammer. Les uns croyant que le moment est venu de provoquer la chute du régime. Même s’il reconnait que «le niveau de fracture est sans précédent», entre lui et ses anciens compagnons. Ce qui l’amène à faire appel pour une retrouvaille, encore possible. Il promet même de les revoir pendant les jours qui viennent pour lancer un processus de rapprochement. Il n’interpelle ici que ceux du RFD de Ould Daddah et de l’UFP de Ould Maouloud. «Les autres doivent exister d’abord».
 
Sur le plan personnel, Ould Boulkheir semblait diriger ses propos contre Ahmed Ould Daddah, confirmant que la relation entre les deux hommes n’a jamais été stable. Tout, dans ses propos se référait directement ou indirectement à ces relations qui ont marqué l’histoire politique de ces dernières années. Pesant sur la destinée du pays…
 
On doit reprocher au président de l’Assemblée nationale, militant des premières heures des causes liées aux infractions et crimes commis dans les années 90 à l’encontre de la communauté négro-africaine, on doit lui reprocher de reconnaitre publiquement de ne pas tout savoir sur le règlement du passif… Dommage.
 
On doit lui reprocher aussi de ne pas connaitre sept Mauritaniens qui pourraient jouer le rôle de sages. Un homme politique de sa trempe ayant son parcours et son expérience et qui ne peut trouver 7 noms, c’est quand même dramatique. Cela révèle les grandes faiblesses de nos hommes et organisations politiques et de leurs capacités de proposition. On doit se souvenir des choix faits par l’opposition – toutes tendances confondues – lors de la constitution du gouvernement d’union nationale en juillet 2009. Se souvenir aussi des élections de 2006, et juger des choix.

Mohamed Fall Oumere

oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter