Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Merci la police, un ânier voulait m’égorger…


A.O.S.A
Dimanche 19 Avril 2015 - 21:31


Merci la police, un ânier voulait m’égorger…

Comment se fait-il qu’en Afrique, où l’on passe notre temps à rire et à plaisanter de tout, l’on soit si prompt à brûler, égorger et découper à la machette ? On raconte que les gens de la forêt sont plus sanguinaires que ceux du sahel ou du Sahara comme s’ils avaient hérité l’angoisse de la nuit au milieu de la jungle. Rien n’est plus faux car apparemment la zone géographique n’a rien à voir avec cela.


En Mauritanie, pays des vastes espaces, du sable fin au franc caillou, on s’est mis à égorger du sénégalais et à le rôtir, femmes et enfants comme au Sénégal, pays de la téranga, on s’est mis aussi à éventrer, rôtir et égorger du mauritanien par dizaines de milliers du jour au lendemain. C’était en 1989, autant dire hier.


Aujourd’hui en Afrique du Sud, comme régulièrement dans le tiers-monde, on se met à tuer les étrangers pour les faire fuir quand la crise économique fait rage. Ailleurs dans le monde, c’est pareil et même les bouddhistes, pacifistes selon les clichés, se mettent à tuer une minorité musulmane dans le silence assourdissant des médias dominants. Partout, c’est pareil. Du jour au lendemain, le frère, le voisin, l’hôte devient l’homme à saigner juste pour se sentir chez soi.


En Europe, ça va mieux de ce côté mais sans s’arrêter à la Shoa et plus récemment aux massacres en Bosnie, on a aussi longtemps égorgé et rôti tel et tel étrangers en fonction de la situation économique, politique et religieuse. Cela peut bien redémarrer tôt ou tard au rythme où va la crise économique…

En attendant c’est surtout dans le tiers-monde, chez les pays les moins avancés, qu’on peut du jour au lendemain se mettre à égorger son voisin.


Etonnante mécanique de l’esprit qui cache, derrière chaque sourire, le rictus de l’assassin. A quoi cela est dû ? Une réponse serait que dans les pays du sud où il règne une grande misère, beaucoup d’inégalité sociale, le manque de perspectives, les rêves mort-nés, le peu d’espoir de bonheur et surtout la certitude qu’il n’y a aucun changement possible dans l’état actuel du système politique et l’articulation des forces vives, cela oblige à encaisser à longueur de journée et comme on ne peut pas passer sa vie à se plaindre et tirer la gueule, ces peuples ont appris à vivre avec. 


De là cet humour noir terrible, de là cette mécanique du vivre ensemble si polie et si joviale en apparences… Mais derrière tout ça, il n’y a que des bombes à retardement et ces bombes ne pouvant éclater contre le pouvoir, sévissent d’abord dans le cercle familial où se passe le plus terrible puis vers le premier bouc émissaire à la moindre occasion. Ainsi naissent les événements sanglants que tout le monde redoute qui s’éteignent souvent assez vite quand la terre est assez gorgée de sang et tout le monde plus léger ayant vidé son mal-être, ses frustrations, ses petites ou grandes jalousies…


Ainsi ce matin à 10H30 alors que j’étais à médina 3 chez un menuisier métallique comme on dit, j’entends le petit cri d’une jeune femme à 2m de moi. Je me retourne je la vois assise sur une charrette à âne qui venait de froisser ma voiture au point de ne plus pouvoir avancer. Cela devait arriver car je n’avais rien à faire là avec une voiture de collection.


Voyant que l’ânier, plus animal que la bête, ne faisait rien pour ralentir le massacre sinon à jouer tranquillement avec la bête sans descendre comme s’il était au volant d’une direction assistée, je m’approche pour l’aider à faire moins de dégâts.


On a fini par le faire passer sans tout casser. Là, il descend avec les yeux les plus doux et le regard le plus innocent pour me dire « pardon grand » mais il y avait dans son œil un petit éclat de petit fumier au fin fond de l’œil. Si loin qu’il ne devait pas le croire accessible à un autre que lui. Cet éclat avec l’excès douteux de gentillesse dans l’allure générale lui donnait quelque chose de satisfait d’avoir froissé la voiture car c’est pour certains âniers une revanche quotidienne sur le sort. Voulant vérifier mon soupçon, j’ai discuté avec lui un peu car, un dimanche sur un terrain vague, il faut vraiment s’en foutre de tout rayer sous prétexte d’être pauvre pour passer si près de la seule voiture garée là.


J’ai senti à sa façon de demander pardon que ce n’était pas la première fois et je lui ai dit que je ne pardonne pas car je sais qu’il s’en fout mais je le laisse partir sans réparer ce qu’il a fait. Le type s’en va déposer la jeune fille et sa calebasse dans la ruelle. Puis pendant que je faisais l’état des lieux du désastre, quelle ne fut pas ma surprise de voir le type faire demi-tour et vouloir repasser par là au risque de refaire les mêmes dégâts vu qu’il n’y avait pas plus de place à l’aller qu’au retour.


Au lieu de déplacer ma voiture en voyant l’animal arriver, je l’ai attendu et j’ai tracé une ligne dans le sable en lui disant que s’il ne fait pas demi-tour et qu’il franchi cette ligne, je donne un coup de fil et la police arrive faire le constat et il paiera les réparations afin qu’à l’avenir quand il voit une voiture garée dans un terrain vague, il ne vienne pas s’y frotter.


Le soupçon dans l’éclat au fond des yeux est devenu petit à petit une réalité car il a commencé à s’excuser encore mais en insistant pour passer car il s’est excusé. Le pardon devenait obligatoire sous peine de refaire des dégâts. 


En une minute ce fut l’attroupement et on parlait tous en ouolof. Le type se faisait menaçant et les témoins lui disaient « éwa ou bien tu fais demi-tour ou bien traverse si tu veux jouer à tête dure ». Finalement il a fait demi-tour en m’insultant et en disant que si ce n’était pas la police, il allait m’égorger sur place. 


lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires