Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Méfiez-vous du henné mauritanien moderne...


A.O.S.A
Samedi 4 Février 2017 - 18:17


L’autre jour je tombe sur un reportage récent qui est passé à la TVM à propos de  l’univers du henné en Mauritanie.  C’est charmant : on y voit des femmes jeunes et moins jeunes expliquer avec fierté leur art et surtout ce qu’elles utilisent…  

 

Les journalistes ont même convoqué un célèbre connaisseur de la poésie hassania que j’ai reconnu pour l’avoir côtoyé un temps à la maison des artistes où il était arrivé à la suite d’une  grande dame qui avait monté une tente pour y passer le soir avec des amies écouter sur des nattes des maîtres du tidinit. Il s'appelle swouéna.

 

On le voit rappeler quelques vers à propos de l’usage du henné et des codes. 

 

Jusque-là ça va. 

 

Si cette émission m’a intéressé c’est parce que je connais quelqu’un dont les mains ont subi une légère attaque après avoir reçu le traitement dont se flattent ces femmes. Tout le monde n’est pas allergique aux produits nocifs que les femmes rajoutent innocemment depuis quelque temps et tout est une question de dosage.

 

 Reste qu’il s’agit de produits dangereux interdits ailleurs…

 

De quoi s’agit-il ? A la minute 6 et 30 secondes on voit une femme dire fièrement qu’après avoir mis le henné et avant d’emballer la main ou le pied avec un sachet, elle applique «  chi galou emouniac » ; ce qui signifie «  quelque chose qui s’appelle emouniac ».  En fait elle passe de l’ammoniaque pour raviver les couleurs car le produit sert à cet effet pour retirer des tâches  sur le cuir de certains meubles mais cela demande d’être équipé pour éviter d’inhaler la chose mais certainement pas de l’appliquer sur la peau…

 

 


Ensuite pire que tout, les femmes sortent un flacon qu’elles disent appliquer pour noircir le henné. Elles appellent cela «  meyessou ».  Rien qu’en voyant l’emballage de ce flacon, on se doute que ça doit être un de ces poisons produits en chine ou ailleurs.

 

 

Renseignements pris en allant dans les boutiques de Nouakchott, il s’agit de deux choses :

 

D’abord d’un flacon d’une huile indienne qui s’appelle " Meso " que les femmes appellent " meyessou" 

 

 

 


Sur internet les producteurs indiens non identifiés disent que c’est à base de produits naturels sans que personne ne puisse vérifier la chose.


http://www.ethnikka.fr/tatouage-henne-et-pochoirs/2366-huile-mahalabiya-henne.html

 

Sur des forums j’ai pu trouver quelqu’un qui dit que cela brûle les doigts et enlève même la peau si c’est mal dosé confirmant ce qui est arrivé à quelqu’un que je connais.

 

 


J’ai trouvé aussi dans les supermarchés des beaux quartiers de Nouakchott l’autre produit toxique, un colorant que les femmes montrent dans le reportage. cet autre produit qui sert aussi pour noircir le henné. C’est un produit asiatique non identifié qu’on trouve dans deux flacons l’un en poudre l’autre liquide.

 

Renseignements pris sur internet à propos de substances nocives pour noircir chimiquement le henné qu'on retrouve certainement dans le MESO et ce colorant :  il s’agit de paraphénylènediamine ou phénylènediamine (PPDextrêmement nocif. Substance interdite en France.

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires