Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Meeting de «Touche pas à ma nationalité»: «Les temps ont changé, un pays ne peut pas évoluer si une partie de sa communauté est privée de ses droits»


Actualité
Dimanche 16 Octobre 2011 - 10:23

Environ 300 personnes sont venues se masser aux abords de la nouvelle maison des jeunes, ce samedi 15 octobre, assister au meeting de TPAMN. «Pour écouter le bilan du combat entamé des mois plus tôt».


Meeting de «Touche pas à ma nationalité»: «Les temps ont changé, un pays ne peut pas évoluer si une partie de sa communauté est privée de ses droits»

Après une messe pour le jeune Mangane tombé sous les balles de la gendarmerie à Maghama, le docteur Alassane Dia, porte-parole du mouvement, entre dans le vif du sujet. «Ce que nous avons accompli est inédit: nous avons acculé le pouvoir qui a fini par reculer», affirme-t-il. Si les sorties dans les rues de TPAMN ont exhorté les autorités à «revoir leur copie, concernant le recensement des populations, du chemin reste tout de même à parcourir» estime le docteur Dia.
«Nous ne sommes pas contre le recensement. Ce à quoi nous aspirons est un recensement qui tienne compte de tous les citoyens mauritaniens. Nous allons continuer à faire pression pour obtenir gain de cause», tonne-t-il.

«La génération du refus»

Selon le porte-parole, «les militants et sympathisants de Touche pas à ma nationalité, sont la génération du refus». Une génération prête à se sacrifier pour éviter à la Mauritanie les affres l’implosion. «Nous ne sommes pas un mouvement sectaire, notre action est dirigée contre le pouvoir raciste qui nous gouverne», tonne monsieur Dia. A ses yeux, le recensement devient de facto la première étape d’un long combat, qui vise à déconstruire le système raciste. «Le pouvoir dit que nous sommes manipulés, que notre objectif est de déstabiliser, c’est faux. Nous constituons un mouvement citoyen», rétorque Alassane Dia. «Les temps on changé, un pays ne peut pas évoluer si une partie de sa communauté est privée de ses droits» conclut-il.

Le mouvement «Touche pas à ma nationalité» a été initié peu après les «manquements» constatés dans les opérations de recensement. Il a tenu son tout premier sit-in devant les locaux de l’agence de recensement de Sebkha, le 30 juin 2011.


Samba Camara

Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires