Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Médias publics: «L’AMI ne peut plus être un porte-parole du gouvernement» selon Mahfoud Ould Zein, conseiller du DG de l’agence publique


Actualité
Mercredi 23 Novembre 2011 - 07:50

Face au vent de réformes qui souffle sur le paysage médiatique mauritanien, l’Agence Mauritanienne d'Information (AMI) envisage une nouvelle politique de repositionnement pour exister dans la société de l’information qui se dessine.


Aziz lors de l'inauguration du projet Guelb 2 de la SNIM: L'AMI n'a jamais servi qu'à couvrir les évènements officiels des gouvernements successifs
Aziz lors de l'inauguration du projet Guelb 2 de la SNIM: L'AMI n'a jamais servi qu'à couvrir les évènements officiels des gouvernements successifs
Autres articles
Pour ce faire, Elle compte innover en diversifiant ses services pour préserver sa part de marché dans un secteur désormais ouvert à la concurrence avec la libéralisation de l’audiovisuel. A travers cette réforme, l’AMI doit aussi redéfinir sa ligne éditoriale pour pérenniser son indépendance et son autonomie financière.

Le message est clair: l’Agence Mauritanienne d’Information ne veut plus être le porte-parole du gouvernement; elle fait face à de nombreux problèmes dont des contraintes financières (dettes à la Somelec, manque de subvention, de soutiens de partenaires), un déficit de personnel qualifié (sur plus 300 agents, 60 font fonctionner le service), un parc informatique et automobile vétustes.
Tel est le constat qui ressort des différents commentaires tenus lors d’un atelier sur les services prioritaires à développer par l’AMI organisé le 21 Novembre à l’hôtel Khaima. Le nouveau statut de l’AMI reste à définir; un changement qui devrait intervenir en Janvier 2012, selon Yahfdhou Ould Zein, conseiller du DG de l’AMI.

Des pistes à étudier

«Les résultats des dix ateliers du projet d’appui aux médias initié par l’Union Européenne en partenariat avec le Ministère de la Communication et de relations avec le parlement, donneront des éléments de réponse à cette prise de décision» ajoute le conseiller.
Créée en 1990, l’AMI est le seul grand grossiste de l’info à l’heure actuelle. Pour toutes ces raisons, l’AMI veut se moderniser pour répondre aux besoins de réformes du secteur public de l'information. «Elle ne peut plus être le porte-parole du gouvernement, ni un instrument de propagande à la merci de l’État; sa survie est en jeu: le monopole n’existe plus, donc l’AMI est à la croisée des chemins» analyse Yahfdhou Ould Zein , dans son exposé à l'atelier.

Dans un contexte de refonte du paysage médiatique, l’Agence dans sa nouvelle politique, veut évoluer vers un pôle multimédia, à travers la collecte, la centralisation et les traitements de l’information, avec une large couverture étendue à tous les niveaux et non à l’état exclusivement.

Elle souhaite soigner son image à travers la production audiovisuelle, la création d’un cyber, la mise en place d’un serveur vocal (pour les trois prochaines années), celle d’un espace crédit et la distribution des journaux à titre provisoire, la sauvegarde de son fond documentaire, photographique, l’ouverture de 13 bureaux régionaux dans les 12 wilayas entre autres.

Awa Seydou Traoré
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires