Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Médias: Pourquoi la télévision russe a choisi de taire un horrible fait divers


International
Mercredi 2 Mars 2016 - 19:00

Les chaînes publiques russes ont passé sous silence l’assassinat d’une fillette par sa nounou originaire d’Asie centrale, révélant la grande crainte des autorités de ne pas maîtriser d’éventuels débordements xénophobes, estime le quotidien en ligne Gazeta.ru.


Un fait divers glaçant qui s’est produit le 29 février à Moscou fait polémique en Russie. Ce jour-là, une femme brandissant la tête d’une enfant décapitée a été arrêtée par les forces de l’ordre près d’une bouche de métro dans le nord-ouest de la capitale. Originaire d’Ouzbékistan, une république à majorité musulmane, Goultchekhra Bobokoulova, âgée de 38 ans, menaçait de se faire exploser, en criant “Allah Akbar”. Employée comme nounou, elle avait assassiné ce matin-là la fillette qu’elle gardait, puis quitté l’appartement en y mettant le feu. Les journaux ont aussitôt relayé l’information, et une vidéo de la scène a circulé sur les réseaux sociaux.

Or “les chaînes fédérales (…) ont passé sous silence l’assassinat de l’enfant. Pas un seul sujet dans les journaux télévisés du soir n’a été consacré à ce terrible événement”rapporte le quotidien en ligne Gazeta.ru. Le lendemain, le porte-parole du président russe a approuvé ce “choix éthique des journalistes”, tout en assurant que les journalistes avaient pris cette décision sans l’intervention du Kremlin.  

Attiser les phobies

Les autorités redoutaient en réalité une “explosion de xénophobie” qu’elles auraient du mal à juguler, estime le journal. Pour preuve, la police avait mis en garde dans la foulée toutes les organisations ultranationalistes actives dans la capitale, afin de couper court à toute manifestation antimigrants. “Cette réaction (…) en dit plus long sur l’état des esprits et des institutions publiques que la tragédie en elle-même, qui n’est après tout que le fait d’un individu isolé souffrant de psychose. Le journal commente :  

En ayant peur de provoquer des tensions sociales, les autorités ont préféré taire la tragédie (…). Le silence dans ce cas concret n’apporte pas de réponses à l’inquiétude et, au contraire, fait naître de nouvelles phobies.”

Et de dénoncer “l’étonnante hypocrisie” de la télévision russe, d’habitude friande des faits divers les plus atroces, parfois montés de toutes pièces et utilisés pour manipuler l’opinion : “Après le garçonnet crucifié à Slaviansk [bastion séparatiste dans l’est de l’Ukraine], qui n’était qu’une fausse rumeur, le viol d’une adolescente à Berlin, qui n’a pas été établi, et une profusion de talk-shows sur le thème ‘un homme a dépecé sa belle-mère’, [les patrons de la télévision publique] se sont soudainement rappelés qu’ils avaient une éthique journalistique.” 
 
Un traitement approprié de cette information était pourtant possible et aurait permis de répondre aux interrogations les plus légitimes : comment éviter qu’un tel drame ne se reproduise ? comment repérer en amont les symptômes d’un trouble mental ? comment protéger ses enfants, regrette Gazeta.ru. Car, “si le nationalisme est refoulé dans le subconscient”, il risque par la suite de prendre les formes les plus archaïques et les plus violentes.

 


Source: Gazeta.ru
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire