Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mauritel, Tasiast : Aziz le génie de la manipulation a encore frappé…


A.O.S.A
Vendredi 17 Juin 2016 - 20:38


Mauritel, Tasiast : Aziz le génie de la manipulation a encore frappé…

Rien ni personne, ni état, ni entreprise étrangère quel que soit le bon droit présumé dont ils se réclament, rien ne pourra jamais faire le poids face aux intérêts personnels de l’homme fort de Nouakchott.  Il emportera toujours la partie face à l’opinion publique intérieure car il sait parfaitement comment retourner toute affaire politique à son profit.

 

Aziz est l’homme qui a mis dehors Israël en réussissant malgré cela à se mettre dans la poche les alliés occidentaux d’Israël. Depuis, on aurait pu craindre pour lui un retour de bâton mais force est de constater que 11 ans après avoir pris le pouvoir, il n’a jamais été aussi sûr de lui. Aziz en tira un profit politique incalculable dans l’opinion publique et le monde arabo-musulman.

 

Aziz est l’homme qui du jour au lendemain a jeté dans un pick-up de son basep, le vieux  premier président de la république islamique de Mauritanie élu au suffrage universel direct et ce car ce dernier, censé être chef des armées, l’a démis de ses fonctions. Là encore Aziz en a tiré profit au nom de la sécurité vu que le président déchu fut présenté comme un islamiste dormant sous le règne duquel la Mauritanie continuait à être attaquée de partout.

 

Aziz est le putschiste qui a réussi à entraîner avec lui, le plus illustre opposant à ce jour aux régimes militaires : Ahmed Ould Daddah, à l’époque chef de file de l’opposition démocratique, après l’avoir convaincu qu’il rendrait le pouvoir aux civils preuve de plus de sa capacité à  balader n’importe qui. Là encore il en tira un profit politique car sans Ahmed Daddah il était indéfendable sur la scène internationale et surtout cela lui a permis d’affaiblir le RFD qui d’ailleurs ne s’en est jamais remis.

 


Aziz est celui qui a réussi à mettre à genoux jusqu’à le pousser à l’exil, l’homme affaire qui a financé sa première campagne électorale : monsieur Bouamatou, redoutable homme d’affaire qui a réussi à mettre dans sa poche ou grâce à sa poche quasiment tous les partis et toute la presse mauritanienne si on en croit la sérieuse levée de boucliers dès qu’Aziz a commencé à le ruiner car l’homme représentait une sérieuse menace pour Aziz vu qu’ils sont de la même tribu, vu que c’est un civil et vu qu’il était déjà suffisamment riche pour avoir tous les soutiens de la république qu’il souhait.

 

Là encore Aziz en a tiré un profit chez les autres tribus car il prouvait qu’il ne faisait pas le jeu aveugle des oulad bushba alors qu’en Mauritanie les tribus se relayent à la présidence en fonction de l’homme fort du moment et surtout Aziz présenta Bouamatou en pieuvre qui voulait se servir de lui pour augmenter ses richesses en devenant l’homme le plus riche de Mauritanie pour longtemps écrasant ses adversaires les Nouégheit et consorts.

 

Aziz est celui qui s’est le plus servi de l’engagement français au sahel pour sécuriser nos frontières sans jamais rater une occasion de faire attaquer par les amis du pouvoir les symboles français en Mauritanie notamment l’usage du français ou la falsification de la pacification avec pour apothéose le nom Oumtounsi donné au nouvel aéroport, le tout couronné par la terrible sanction contre la Fondation du père de la nation car madame Daddah, née française, a osé estimer que le nom de Moctar Ould Daddah eût été plus rassembleur surtout que c’est au nom de l’héritage de Moctar Ould Daddah qu’Aziz a fait sa première campagne quand il était bien mal installé.

 

 Jamais une fois en public devant les mauritaniens ou à la télé mauritanienne Aziz n’a dit le moindre merci à la France ni dit un mot montrant à quel point son régime comme les précédents ont des rapports sécuritaires étroits avec les co-fondateurs de la Mauritanie. Au contraire il a toujours joué en public, et tout récemment à Néma, le rôle de résistant récalcitrant à suivre comme un goumier les français.

 


Pourtant serait-il encore vivant sans la France ? Que serait son régime sans l’implication française et américaine dans le sahel ? Hélas Aziz n’a jamais brillé par sa loyauté et il doit à ce trait de caractère toute sa réussite sinon il n’en serait pas là. Voilà pourquoi il ne change pas une recette morale gagnante. Il faut le comprendre…

 

Dans ce registre, il semble y avoir une malédiction à soutenir sincèrement Aziz. Tous ceux qui l’ont soutenu sincèrement et les plus illustres d’entre eux sont soit morts juste après soit en exil, soit en passe d’être ruinés. Le dernier en date semble être Mohcen El Haj du Sénat qui a appris en direct devant les mauritaniens que le président comptait liquider le Sénat sans lui en avoir parlé. Là encore Aziz en tire un profit politique même à l’intérieur de son parti car Mohcen ne fait pas l’unanimité.


 

 

Si j’étais Ghazouani je ne dormirais que d’un œil…

 

 

 

Aziz prouve ainsi en tirant contre n’importe qui de son camp qu’il serait sans cousin sans ami. Ce jeu de coups bas chez les siens et ailleurs toujours inattendus fait plaisir à ses ennemis et cela joue en faveur de sa politique maladive de la division.

lire la suite ...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires