Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mauritanie: Un gouvernement par défaut


Actu Mauritanie
Vendredi 20 Mars 2015 - 14:00

Voilà six mois que le Premier ministre Yahya Ould Hademine conserve son poste. Au grand dam des partisans du « changement, ceux-là qui réclamaient le départ de son prédécesseur, rien ou presque n’a changé ! Les « affaires » continuent d’être gérées comme par le passé, avec des ministres qui continuent de s’aplatir refusant de « faire sensation ». Car tout le monde s’accorde aujourd’hui sur une seule chose. L’équipe du Premier ministre Ould Hademine se fourvoie, de plus en plus, dans les problèmes.


le Premier ministre mauritanien Yahya Ould Hademine
le Premier ministre mauritanien Yahya Ould Hademine

Tout ce qu’il y a aujourd’hui comme action, au niveau des différents départements, c’est une sorte de " revisitation " de ce qui a été fait lors du premier mandat du chef de l’Etat, ou même lorsque le " président des pauvres " avait encore ses galons de général sur les épaules et qu’on vantait, exagérément, les vertus de la " Rectification ".

Dans ce gouvernement là, tout est fait pour quelque chose. Pour entretenir l’illusion du changement et de l’action qui ne rapporte plus rien à la bourse du populisme. Une activité sur le tourisme par là, une autre sur la culture (le festival des villes anciennes, par exemple), un ministre du Développement rural qui se déplace en pleine période de sécheresse pour voir comment les travaux de réhabilitation des terres cultivables avancent ! Occasion rêvée pour nous ressasser l’action faite, l’année dernière, en faveur des diplômés chômeurs, et de l’expérience - ratée - sur la culture du blé, puisque qu’on est toujours au stade de l’expérimentation.

La grande majorité des ministres pèche par excès de confiance en leur aptitude à bien jouer le seul rôle qu’ils maîtrisent le mieux : paraître ce qu’ils ne sont pas, c’est-à-dire des hommes et femmes qui ont une certaine responsabilité dans la gestion de départements qui, aujourd’hui, tournent au ralenti.

La faute à Ould Abdel Aziz, dira le Forum de l’opposition qui trouve que la centralisation excessive du pouvoir entre les mains d’un seul homme empêche la machine administration de bien fonctionner. Les ministres doivent avoir le culot de refléchir, d’engager des réformes et de se lancer dans des actions au profit des populations, sans attendre que l’ordre ou même l’idée leur viennent de l’là-haut ! 
Ainsi, on dira, quelque part, que c’est le gouvernement plutôt qui endosse la responsabilité de ce qui ne va pas. On ne dira pas, comme la célèbre phrase qu’un ministre se tait ou démissionne, mais que, dans le contexte mauritanien actuel, il doit savoir dire " non " - ou démissionner - quand il se sent inutile.

MOMS

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires