Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mauritanie/Scandale à l'Armée: un détenu sommé de revenir sur ses propos


Actualité
Dimanche 24 Mars 2013 - 09:03

La Gendarmerie nationale de Mauritanie a obligé samedi Mohamed Ould Bou El-Hassen, frère d'un codétenu de Ould Khoumani dans le scandale financier de l'Armée, à revenir sur ses déclarations, juedi soir à Alakhbar, concernant la torture de son frère pour reconnaitre des " prétendues dettes", a constaté Alakhbar.


Mohamed Ould Bou El-Hassen (ALAKHBAR)
Mohamed Ould Bou El-Hassen (ALAKHBAR)
Jeudi soir, Mohamed Ould Bou El-Hassena avait affirmé à Alakhbar; "Mon frère et mon cousin, Dah Ould Bou El-Hassen et Mohamed El-Hafedh Ould Saïd, ont été torturés par la Gendarmerie pour qu’ils reconnaissent des dettes au profit de Ould Khoumany alors que c’est à Ould Khoumany de payer ses dette envers eux".

Arrêté samedi matin par la Gendarmerie, Ould Bou El-Hassen a appelé Alakhbar pour donner "une nouvelle déclaration". 14 et 45 mn, devant l'Etat-major de la Gendarmerie Nationale il était accompagné comme son ombre par un élément en civile qui s'est présenté comme "un confrère" qui travaille dans une agence de presse de la place et un parent du détenu. Tentant d'orienter les propos de Ould Boul Elhassen, il a catégoriquement refusé de se faire photographier où laisser le concerné parler en liberté.

Ould Bou El-Hassen, visiblement embarrassé, a nié en bloc ses anciens propos affirmant que la Gendarmerie "lui a tout expliqué" et qu'elle "s'empresse" à publier la rectification. Alakhbar a alors demandé que l'interview soit enregistrée dans des conditions normales et pas sous la supervision d'un gendarme et s'est excusé de publier les propos du concerné qui déclarait, visiblement, sous contrainte.

Suite à l'interruption de l'interview, le concerné, toujours accompagné par "le confrère" a regagné son lieu de détention à l'Etat-major de la Gendarmerie. Ses parents, regroupés devant, ont réaffirmé leurs accusations de torture affirmant que Ould Bou El-Hassen "est bel et bien détenu".

"Sous la torture, mon frère a reconnu que Ould Khoumani lui doit 50 millions UM. Ould Saïd, torturé, a pour sa part reconnu 20 millions UM. Mais ces aveux, sous contrainte, altère en dessus dessous la réalité", avait-t-il déploré jeudi soir dans l'interview suite à laquelle le directeur d'Alakhbar a été interpelé pour quelques heurs.

"Ils traitaient avec lui (Ould Khoumani) comme tout autre commerçant. Sur son visage, il n'est pas écrit qu'il est voleur. L'argent qu'il versait n'est pas marqué pour qu'on sache qu'il relève de l'Armée", avait-t-il ajouté avec un ton ironique.

Ould Bou El-Hassen a par ailleurs révélé que Ould Khoumany "est autorisé de passer la nuit chez lui alors que ses codétenus subissent les tortures. Ce jeudi, il a été amené après la prière de l'aube par une voiture de la Gendarmerie. Il était en dehors de la prison. C'est scandaleux, c'est lui le coupable", a-t-il martelé.

Réagissant à cette tentative, la redaction s'est indigné d'une "tentative d'exploiter Alakhbar et la mêlant à des déclarations prises sous la conrtainte en vue de manipuler l'opinion publique nationale".

Lu sur alakhbar.info
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires