Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mauritanie: Quelle nouvelle politique du riz ?


Actu Mauritanie
Mercredi 20 Mai 2015 - 12:14


Mauritanie: Quelle nouvelle politique du riz ?
Lors de sa visite à Kiffa, le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz a eu droit à une exposition qui se voulait un lancement de la campagne pour la promotion du riz mauritanien. D’ailleurs, une série de sketchs et de spots publicitaires diffusés sur les antennes des télévisions et des radios nationales, avait accompagné cette campagne. Le gouvernement avait alors décidé de subventionner le riz mauritanien en le vendant dans les boutiques SONIMEX à 130 UM le kilogramme. Tout ça ressemblait à une belle opération «consommons mauritanien» que le gouvernement engageait.
 
La semaine dernière, le gouvernement a décidé de rehausser le prix du kilogramme de riz mauritanien pour le vendre à 205 UM au lieu de 130. Le riz mauritanien est-il devenu si convainquant ? n’a-t-il plus besoin de promotion ? L’on remarque qu’en même temps que le prix augmentait, les campagnes de promotion sont arrêtées. Alors ?
 
Il faut dire que la production de riz en Mauritanien a suscité – continue de susciter – de grands étonnements. Si dans le temps, la politique de production a été l’occasion de grandes malversations entrainant l’échec des politiques agricoles en Mauritanie, elle est restée, malgré les déclarations solennelles, l’une des poches de la gabegie.
 
En effet, c’est bien autour de la commercialisation du riz que les grosses affaires s’opèrent. Cela commence par le décorticage qui occasionne des contrats mirobolants au profit des propriétaires des usines et au détriment de l’acheteur principal qui est la SONIMEX. Cela continue avec les boutiques Emel où de nombreux trous financiers ont été détectés ces dernières années. Aujourd’hui, la SONIMEX aurait une sérieuse ardoise contractée auprès des usiniers. Et, plus grave, des quantités énormes de riz avarié achetés à prix fort.
 
Certains usiniers continuent de ne pas épurer leur passif en riz, des quantités pour lesquelles ils avaient été payés à l’avance par la SONIMEX qui n’a rien fait jusqu’à présent pour recouvrir ses biens.
 
La riziculture, imposée par la Banque Mondiale comme pôle du développement agricole dans la Vallée du Fleuve, a absorbé 90% des financements destinés au secteur. Depuis quelques années, le ministère de l’agriculture essaye de sortir d’une logique infernale en diversifiant la production. L’expérience réussie de la culture du blé, mais aussi le développement du maraichage dans des zones habituellement oubliées des politiques publiques, annoncent un revirement qui sera certainement bénéfique pour l’agriculture en Mauritanie. 

Mohamed Fall Oumere
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires

Le bain turc de la SNIM

18/08/2016 - Noorinfo