Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mauritanie : Les autorités arrêtent l'ancien chef des renseignements de Kadhafi


Actualité
Samedi 17 Mars 2012 - 12:41

Abdallah al-Senoussi, le redouté ancien chef des renseignements libyens en cavale depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, a été arrêté la nuit dernière à l’aéroport de Nouakchott en Mauritanie. Recherché par la Cour pénale internationale, Abdallah al-Senoussi était sur un vol régulier en provenance de Casablanca, au Maroc.


Mauritanie : Les autorités arrêtent l'ancien chef des renseignements de Kadhafi
L’information est officielle puisqu’elle a été donnée par l’Agence mauritanienne d’information qui est l’agence d’Etat en Mauritanie. Dans un communiqué sur son site internet, elle affirme que « les autorités sécuritaires ont arrêté vendredi soir 16 mars à l’aéroport international de Nouakchott, l’ancien directeur général des services libyens de renseignements, monsieur Abdallah al-Senoussi, en provenance de Casablanca, porteur d’un passeport malien falsifié ».

Apparemment, Abdallah al-Senoussi était dans le vol qui a atterri à Nouakchott à 23h45. Il aurait été transféré à la Direction des renseignements à Nouakchott.

Abdallah al-Senoussi faisait partie du premier cercle de soutien à Kadhafi dont il était le beau-frère. Ce colonel de 62 ans a longtemps été un des chefs des renseignements militaires de la Libye. Et pour la Cour pénale internationale (CPI), ce service était « l’un des organes de répression les plus puissants et efficaces du régime ».

Condamné à la perpétuité par contumace en France, il a été reconnu coupable d'avoir commandité l'attentat contre le DC-10 d'UTA en 1989 et d'avoir fourni les explosifs à l'origine de l'attentat qui avait fait 170 morts.

En Libye, il est notamment accusé d'avoir ordonné la fusillade de plus d'un millier de détenus de la prison d'Abou Salim en 1996.

La CPI a émis un mandat d’arrêt à son encontre le 27 juin 2011. Elle l’accusait « d’avoir par l'intermédiaire de l’appareil de l’Etat libyen et des forces de sécurité libyennes commis des meurtres et des persécutions de civils constitutifs de crimes contre l’humanité dès le début de la révolte, mi-février, anti-Kadhafi et en particulier dans les villes de Tripoli, Benghazi et Misrata ».

Pour l'instant, on ne sait rien des intentions du gouvernement mauritanien à son égard, en particulier s’il va être livré à cette CPI. La Mauritanie n’a ni signé, ni ratifié le statut de Rome qui instaure la CPI.

En novembre 2011, les nouvelles autorités libyennes avaient annoncé son arrestation.

Source: rfi.fr
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires