Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Maurichronique: Les dires du directeur de cabinet du président de la République…


Tribunes
Samedi 9 Juin 2012 - 22:34


Autres articles
Maurichronique: Les dires du directeur de cabinet du président de la République…

Louleïd Ould Weddad, le sempiternel directeur de cabinet de Maaouya Ould Sidiya Taya, était considéré, à tort ou à raison, par l’opinion publique mauritanienne comme un véritable faiseur d’hommes. Et, de ‘’femmes’’. Très plausiblement. En tout cas, ce qu’il faisait ou ne faisait pas, il le faisait, dans l’ombre, sous l’ombre de son boss. Il était, sans qu’on l’en soupçonnait l’origine de l’ascension fulgurante de simples citoyens sortis de nulle part, de la fente de l’histoire et de la géographie. Il était, sans qu’on y doutait, la source d’ennuis à d’aucuns et la  descente aux enfers, de bien d’autres, d’autres, nés, peut-être, même, avec une cuillère d’argent à la bouche. Sur l’homme s’étaient construites des légendes et des légendes. 

Il était devenu un mythe, ou presque. Un mythe qui ne parle pas. Qui n’a jamais parlé, jusqu’à aujourd’hui. Aujourd’hui, encore, le mythe poursuit son mutisme légendaire. Aujourd’hui, ou presque, tous ceux qui n’avaient même pas de langue, à l’époque, ceux qui n’avaient, par ailleurs, aucun autre organe, ceux qui étaient-là pour applaudir le chef, ceux qui étaient-là pour courir devant et après le chef, ceux qui se contentaient tout simplement de ramper, ramper, ramper…Tous. Les uns et les autres ont recouvert, aujourd’hui, chacun une langue, qui une tête bien-pensante, qui deux jambes sur lesquelles, ils se tiennent debout, et dire des choses, et des choses, parler, discourir, distribuer quitus de moralité et billets d’entrées pour l’enfer…
Et, ils sont devenus témoins. Témoins, alors qu’ils n’en avaient pas la capacité, ni physique - dans le sens étymologique du mot témoin - ni morale. 

Revenons à notre directeur de cabinet présidentiel qui ne parlait pas. Pour parler de notre directeur cabinet qui parle. Beaucoup. L’actuel. Isselkou Ould Izid Bih. Un homme qui dégage, de prime à bord, une certaine ambition et une fierté latente. Une moustache bien soignée, une taille élancée, une connaissance avérée des mathématiques, un connaisseur des chiffres et leurs secrets les plus intimes. Un matheux, en somme, qui se respecte. Il est tout le contraire de Louleid. Celui-là qui était tout simplement un docteur vétérinaire débarquant dans les hautes sphères du pouvoir. On ne sait pas s’il avait une ambition, Louleïd. On ne sait pas s’il était fier, Louleïd. On n’avait aucune possibilité de savoir. Louleïd était l’éternel silencieux. De ce silence, la force était née. Il n’avait aucune prétention. Il était l’antipode de celui qui lui succédera, bien des années plus tard.

Isselkou, l’intelligent, le docteur en math, fait, lui, beaucoup de choses. Ou peu de choses. En tout cas, ces choses-là qu’il fait, et même celles qu’il a l’intention de faire, demain, ou dans quelques jours, sont connues du plus petit vendeur ambulant de marchandises  chinoises futiles de jouets d’enfants cassables, de miroirs qui ne reflètent rien du tout, de paires de ciseaux qui ne coupent pas le plus ténu des fils…
Les mots d’Isselkou chutent dans ces sphères-là. Ses apartés finissent par être dévoilés en public. Ses hommes, les hommes qu’ils essaient de recruter, il les choisit dans le vacarme le plus assourdissant. 

Si, je devais m’enquérir de la dernière ultra secrète réunion que l’actuel directeur de cabinet ait entreprise, il me suffit de passer chez mon fournisseur de cartes téléphoniques. 
Je lui dirais :
-    Envoie-moi du crédit sur mon numéro que tu connais.

Il me répondrait :
-    Le transfert est réalisé, regarde ton téléphonique.
En le quittant je lui dirais :
-    Quoi de neuf ?

Il répondrait :
-    Rien à signaler sauf, peut-être, la dernière affaire du directeur de cabinet du président de la République.
-    Laquelle, lui rétorquerais-je ?
-    Sa réunion avec, nous, les crieurs pour nous demander d’enregistrer avec les réclames, dans nos petitsL amplificateurs : envoyement crédit mattel, envoyement crédit chinguittel, ne dégage pas Mohamed Ould Abdel Aziz, ne nous quitte pas, envoyement crédit mattel, envoyement créidt mauritel, envoyement crédit chinguittel ne dégage pas Mohamed Ould Abdel Aziz…Envoyement…

Mouna Mint Ennas
www.rmibiladi.com

 

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter