Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Marronnier : Taya, y va ou pas?


Actu Mauritanie
Dimanche 29 Septembre 2013 - 00:10

Chaque année depuis six ans maintenant, on annonce à peu près à cette période, le retour imminent de l'ancien président mauritanien. Nouveauté de cette année : c'est au Maroc qu'il est envoyé.


Maaouiya Ould Sid’Ahmed taya et son épouse Aicha mint Ahmed Telba
Maaouiya Ould Sid’Ahmed taya et son épouse Aicha mint Ahmed Telba
Un triumvirat bien particulier que celui qui se croiserait au Maroc, si Ould Taya devait y atterrir comme certains sites d'informations l'affirment. "Son déménagement n’aurait pu se réaliser que grâce à deux personnalités  qui ont joué les facilitateurs auprès des hautes autorités Marocaines : d’une part l’homme d’affaires en exil au Maroc, Mohamed Ould Bouamatou; d’autre part, le célèbre opposant Moustapha Ould Limam Chavii" croit savoir le site points Chauds. Tous trois ont en commun d'être parmi les "nouveaux ennemis jurés d'Aziz".
 
En revenant depuis 2007 sur les diverses informations liées à un retour "probable", "éventuel", "sous peu", de l'ancien homme fort du pays, on se rend compte que les hypothèses sur le retour du "père prodigue" est devenu un marronnier de la presse mauritanienne. Une à deux fois par an, le sujet arrive dans l'air du temps médiatique, parfois après de mini-manifestations de soutien de ses toujours-dynamiques-farouches-partisans, parfois après des rumeurs sorties de nulle part. Comme des sondes jetées dans l'océan grisâtre de l'opinion mauritanienne, pour tester l'aura de Taya.
 
Dès 2007, l'agence de presse panafricaine Panapress, rapportait des propos qu'un journal émirati affirmait tenir des bouches de proches de l'ancien Raïs. Une fois rentré au pays, Maaouya Ould Sid'Ahmed Taya, qui a "toujours été habité par le rêve de reconquérir le pouvoir", aurait alors l'intention de reprendre du service en "s'impliquant dans l'action politique".
 
Puis, au premier semestre 2012, l'annonce de la sortie du livre de Maouiya Ould Sid'Ahmed Taya, "Nejatt El Arabe" (le sauvetage des arabes) laisse planer un nouveau doute sur le retour qu'une minorité nostalgique continue de voir comme une sorte de messie. Un jeu social et récurrent en Mauritanie finalement, analysait à ce moment l'éditorialiste de la Tribunem Oumeir Fall. Rappelant les mêmes tentatives de récupération des "anciens" pour contrer le pouvoir en place. Dans les années 80, mais surtout en 2003 : "après plusieurs échecs devant le régime de Ould Taya, on a sorti l’ancien président Mohamed Khouna Ould Haidalla pour l’affronter. On espérait y trouver la personne qui pourra continuer la politique par la confrontation militaire. On prêtait à l’homme une grande popularité au sein de l’Armée, ce qui devait lui permettre de «ne pas se laisser avoir». On a vu ce qu’il en est advenu : en prison avant même les élections, puis jugé après. Echec et mat".
 
Pas plus tard que ce été, le quotidien l'authentique évoquait cette hypothèse. Arguant notamment que face à une opposition en perte de crédibilité, certains verraient en l'ancien président une sorte de deus ex machina face à la gouvernance toute aussi décrédibilisée d'Aziz. Finalement l'analyse concluait que "...les observateurs les plus avertis prédisent que le retour de Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya en Mauritanie reste une utopie dont se délectent quelques irréductibles des années révolues". 
 
MLK
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires