Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Maroc : Drame des diplômés chômeurs


International
Jeudi 26 Janvier 2012 - 10:00

Abdelouahab Zaidoun, âgé de 27 ans, qui s’était immolé par le feu, en s’aspergeant d’essence dans une annexe du ministère de l’éducation nationale à Rabat, mercredi 18 janvier, a succombé à ses blessures, mardi 24 janvier, au centre universitaire et hospitalier Ibn Rochd de Casablanca. Cet acte regrettable pose aujourd’hui les vrais enjeux de la politique de l’emploi du nouveau gouvernement.


Maroc : Drame des diplômés chômeurs
La mort d’un jeune homme, de surcroît diplômé, qui porte tant d’espoirs est hautement désolante ! Mais en cette période de crise internationale, où les plans d’austérité se suivent et se ressemblent un peu partout à travers la planète, n’est-il pas venu pour le gouvernement Benkirane de tenir un langage de vérité aux diplômés chômeurs ? Aussi, n’est-ce pas l’heure de sonder les autres solutions existantes, notamment en sollicitant le patronat, par l’entremise de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ?

Jusqu’à présent laisser surtout en rade par le gouvernement dans la résolution de la problématique du chômage, la contribution des employeurs passerait par l’adaptation, voire la reconversion de profils. Rappelons que le défunt était titulaire d’un Master de documentation de l’université de Fès. Aujourd’hui, plusieurs secteurs, singulièrement dans les filières de l’aéronautique, de l’offshoring, des BTP, … sont confrontés à des pénuries de postes !

Le plein-emploi ne se décrète pas

Il est certes vrai que le gouvernement actuel vient à peine d’annoncer sa politique générale et a exprimé sa volonté de prendre à bras le corps cette difficulté, mais il est possible d’accroître la capacité d’insertion des jeunes diplômés, grâce à une synergie plus forte avec les différentes agences de l’emploi, l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (Ofppt) et un partenariat public-privé (PPP), basé sur le renforcement de la dynamique Adéquation Formation-Emploi entre les universités et les employeurs.

En renforçant la concertation avec le patronat, à notre sens, pas assez impliqué dans ce débat, l’Exécutif lui permettrait de prendre ses responsabilités, mais aussi exprimer, on ne peut mieux, ses besoins. Toutefois, il est nécessaire de la part du gouvernement de mettre en place des actions énergiques, innovantes en redynamisant les opérations de l’Agence marocaine de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec), ainsi que le Conseil supérieur de l’emploi. C’est seulement après cela que l’objectif à moyen terme (horizon 2016) de réduire le taux de chômage à 8%, pourra paraître plus réaliste.

ABDERRAZAK SITAÏL, DIRECTEUR DE PUBLICATION
Pour demainonline.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire