Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Marée noire : Le Banc d’Arguin serait-il menacé ?


Actu Mauritanie
Jeudi 21 Mai 2015 - 09:00

La Mauritanie vit sa première marée noire. Une catastrophe écologique qui s’étendrait sur 200 Kilomètres de côte vers le sud, selon les déclarations du ministre des Pêches, Nani Ould Chrougha, lors d’une conférence de presse convoquée dimanche 17 mai dernier. De quoi alerter la communauté internationale sur d’éventuelles retombées sur le Banc d’Arguin, cet espace protégé où vivent des populations marines et humaines.


Marée noire : Le Banc d’Arguin serait-il menacé ?
Alors que le gouvernement en est encore à ses analyses d’échantillon de fonds marins, à ses préparatifs pour lancer le Plan « Polmar », toute une bande de côtes s’étalant sur 200 Kilomètres, des larges de Nouakchott jusqu’à NDiago plus au sud, vit une véritable catastrophe maritime. Des tâches d’huile, identifiées comme du fuel lourd sur une épaisseur de 2 à 3 centimètres, auraient déjà rejeté sur la terre pleine plusieurs espèces de poissons morts, dont des dauphins et des tortues de mer, deux espèces en voie de disparition.
Les autorités se veulent pour le moment rassurantes, mais l’interdiction d’accès à la mer, avec grands renforts de gardes-côtes mauritaniens, augure du pire. Pour le moment, ce sont des centaines de pêcheurs qui sont bloqués, avec impossibilité de prendre le large, et une pénurie en produits halieutiques qui s’annonce pour le long terme.

Ainsi, un véritable branle-de-combat est déclenché, après la visite de terrain effectué dimanche dernier par le Premier ministre, Yahya Ould Hademine, flanqué du ministre des Pêches et de l’Economie maritime et du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Amédi Camara. Il a fallu pourtant attendre quarante-huit heures après l’alerte lancée par les marins mauritaniens, pour que les autorités réagissent, sans que l’origine de la marrée noire ne soit encore déterminée. Certaines suppositions évoquent le bateau russe transportant plus de 1400 tonnes de pétrole qui se serait échoué en avril dernier aux larges de Las Palmas des Grandes Canaries. Repoussé hors de la zone maritime espagnole, le navire aurait été coulé. Les spécialistes n’écartent pas l’hypothèse que ce soit le pétrole contenu dans ce bateau russe qui aurait finalement atteint les côtes mauritaniennes.

Aujourd’hui l’inquiétude de la population mauritanienne est d’autant plus légitime, selon un vieux mareyeur, que les autorités persistent « à nous faire croire que le phénomène ne constitue aucun danger pour la richesse halieutique, au moment où la plage est jonchée de plusieurs cadavres de poissons ! »

Pour sa part, le ministre de l’Environnement, Amadi Camara a déclaré que des mesures d’urgence sont actuellement entreprises par son département, comme le bouclage de la zone du sinistre, notamment entre le Port de Nouakchott et NDiago. Seul le marché aux poissons reste encore ouvert au public. Il est aussi question d’une large campagne de nettoyage mécanique de la côte entamée depuis hier, lundi, ainsi que la mise en veille de la commission multisectorielle « Polmar » créée il y a plusieurs années pour faire face à ce genre de catastrophe maritime.

Mais si le danger semble encore épargner la zone sensible du Banc d’Arguin, toute menace n’est pas encore totalement écartée, selon les spécialistes. Il faut dire que le parc fait l’objet d’une attention toute particulière. Avec ses hauts fonds et ses vasières, le Banc d’Arguin a été jusque-là épargné de toute catastrophe maritime depuis 1819 lorsque « La Méduse » s’y échoua alors que la rade qui avait quitté Rochefort se dirigeait vers Saint-Louis du Sénégal. Ce qui fait dire aux spécialistes que le Banc d’Arguin est un piège redoutable.

Son exposition à toute catastrophe, celui d’un pétrolier qui s’y échouerait par exemple, aurait des conséquences écologiques et économiques incalculables. En effet, l’écosystème du parc est jugé d’exceptionnel, ce qui en fait « une machine écologique complexe qui intègre éléments naturels, oiseaux et êtres humains » selon un récit de Théodore Monod.

 
Cheikh Aïdara
L'Authentic
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires