Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Marché de la grande centrale électrique de Nouakchott : Mic mac et zones d’ombre


Economie
Dimanche 5 Août 2012 - 11:54

L’attribution du marché de la grande centrale électrique de 120 Mégawatts, qui doit être construite à Nouakchott, est en train de donner lieu à un véritable jeu de cache-cache.


Une centrale électrique
Une centrale électrique
Il faut dire que les sommes en jeu pour l’édification d’une centrale dite duale, qui fonctionnera au fuel d’abord puis au gaz naturel, sont considérables. Et aiguisent bien des appétits. Cinq grandes sociétés internationales se manifestent pour ce marché. Un premier tour de table, appelé communément évaluation technique, élimine la société brésilienne OAS et, bizarrement, l’espagnole OHL. Cette société, classée 21 sur les 225 sociétés productrices d’énergie dans le monde, a fait un chiffre d’affaires de 4869 millions d’euros en 2011, loin devant toutes ses concurrentes pour ce marché. OHL a, en outre, la possibilté d’offrir à ses clients du secteur de l’énergie les meilleures solutions financières adaptées à leurs projets spécifiques, comme elle le précise dans son offre. Leur élimination ne donne pourtant lieu à aucune justification de la part de la commission. Mais on n’est pas au bout de nos surprises.

Après ce premier accroc, on passe à l’évaluation financière. Au cours de cette étape, si les règles sont respectées, on ouvre les plis financiers et on attribue le marché à la société la moins disante parmi celles qui ont été qualifiées techniquement. Les offres financières étaient comme suit : China Nationale machinerie, 139 millions de dollars ; l’espagnole TSK, 125,8 millions d’euros et la française Wartsila, 153,8 millions d’euros. Cette dernière société, spécialisée dans la construction de centrales électriques, a raraement participé à un appel d’offres. Elle a peut-être reçu des garanties que ce marché lui sera attribué ? Toujours est-il que personne n’a une idée de qui la représente en Mauritanie.

Il y a des secrets jalousement gardés. Les chinois sont représentés par Mohamed Abdallahi Ould Yaha et TSK par le groupe Azizi. Toujours est-il qu’il y a quelques jours, le marché a failli être notifié à Wartsila, provoquant du coup quelques remous. On ne pouvait, en effet, pas imaginer qu’un marché soit attribué à la société la plus chère au motif que ses groupes produiront un peu plus d’électricité que les autres avec la même quantité de fuel. Et permettront à la Somelec de faire des économies sur 20 ans. Un argument fallacieux quand on sait que la centrale ne fonctionnera avec cette source d’énergie que pendant deux ans. Elle passera alors au gaz naturel.

Plusieurs questions sont désormais posées : pourquoi éliminer les chinois dès l’ouverture des plis financiers alors qu’ils sont et de loin les moins chers ? S’ils ont été éliminés pour une raison valable, pourquoi ne pas se rabattre sur le suivant c'est-à-dire TSK ? Comment peut-on faire fi de 30 millions d’euros de différence entre l’offre de cette dernière et celle de Wartsila?

La Mauritanie nouvelle n’a pas fini de nous surprendre.

Source : Le calame
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires