Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Manifester, signe de maturité ?


Vu de Mauritanie par MFO
Mercredi 24 Juillet 2013 - 12:46

Il ne se passe pas un jour, sans manifestation revendicative. Entre ceux qui amplifient le phénomène en espérant qu’il soit le début d’un «printemps mauritanien» et ceux qui n’y prêtent aucun intérêt cherchant à croire qu’il s’agit d’un effet de mode, il y a un couloir à explorer : celui d’une prise de conscience (plus ou moins) générale de la nécessité de se prendre en charge et de passer outre les intermédiations qui permettaient à certains de faire de la politique une source de revenus et aux gouvernants de s’assurer les soutiens à moindres frais.


Manifester, signe de maturité ?
Quand les habitants de R’Kiz organisent plusieurs sit-in en portant des bougies allumées pour exiger que leur département soit mieux loti en offre énergétique, c’est une «révolution», au moins une «évolution notoire». Ils n’ont pas attendu que les intermédiaires traditionnels – chefs religieux, vieux lascars politiques, élus vagabonds, hommes d’affaires introduits…-, que ceux-là partent marchander la résignation qui a toujours caractérisé la région. Ce ne sont pas non plus ceux-là qui vont aller «couvrir» la colère (apaisée, du reste) des populations parce qu’ils n’ont pas «de figure pour leur faire face», l’expression hassaniya pour dire que la honte d’être empêche d’aller aux devants de certaines situations.

R’Kiz est un vieux département qui a toutes les raisons d’accéder à la modernité depuis longtemps. Grâce à son potentiel, ce département aurait pu devenir le grenier du pays. De là, on aurait imaginé un développement intégré et surtout durable sur lequel aurait pu se greffer l’économie de tout le Trarza central. Mais les mauvais choix publics, l’indifférence des administrations, le manque de vision globale et de volonté publique, mais aussi la duplicité de l’élite qui a accompagné le laisser-aller général, qui l’a encouragé, l’a soutenu… tout cela a fait que le R’Kiz d’aujourd’hui est ce qu’il est : un patelin comme un autre. Comme s’il n’y avait pas là des milliers d’hectares cultivables, comme s’il n’y avait pas là l’eau nécessaire à favoriser une révolution verte, comme si des milliards n’ont pas été investis ici pour justement développer le lac de R’Kiz, l’agriculture de R’Kiz, l’élevage de R’Kiz… Des milliards dont il faut chercher les traces dans les villas cossues de Tevraq Zeina et qui ont permis à une partie de l’élite originaire du département de s’enrichir et de compter sur l’échiquier.

Malheureusement ce n’est pas là une spécificité de R’Kiz, c’est le cas de Mederdra (non loin de là), de Rosso, la capitale régionale, de Keur Macène… de partout en Mauritanie. Finalement la seule trace de la richesse investie pour le développement de ces régions intérieures apparait quand on voit les belles bâtisses des anciens hauts fonctionnaires, des dignitaires de différents régimes. Des bâtisses qui détonnent dans l’environnement de misère où elles sont implantées.

On se souvient que dans les années 90 et 2000, le pouvoir avait invité les dignitaires à «revenir chez eux», à «construire chez eux», à consommer le produit de leurs différentes forfaitures (prébendes) dans leurs terroirs. Cela s’est traduit par ces «greffes» qui contribuent encore à enlaidir le paysage de misère et qui sont aujourd’hui les vestiges d’un temps fait d’incongruités, d’intenses gaspillages et de faux semblants.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter