Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Manifestations des étudiants : L'université ferme ses portes


Actualité
Mercredi 1 Février 2012 - 20:19

L’Université de Nouakchott a décidé, ce soir, la fermeture de ses portes. Les étudiants de la Faculté des Lettres reprendront à partir de 25 février. Ceux de la faculté des sciences et techniques ne reprendront qu’à partir de 12 mars.


Manifestations des étudiants : L'université ferme ses portes
Des étudiants ont procédé, ce matin, à la fermeture des bureaux de la seule université de la Mauritanie. Ils protestaient contre «la mainmise de l’ex-recteur». Aussitôt, le rectorat les a invités à un nouveau round de négociations. Mais, ils ont rejeté l’offre. Se justifiant par le fait que leur plateforme revendicative est connue
par le lectorat et que celui-ci n’a que la satisfaire.

Le recteur par intérim et les leaders des unions estudiantines se sont réunis au début de la semaine. Selon des étudiants, le recteur leur a «révélé» qu’il est militant de l’UPR. Il leur aurait demandé, en retour, de lui divulguer leurs appartenances politiques. L’université de Nouakchott ne dispose pas de recteur élu depuis l’expiration anticipée du mandat de son ex-recteur, nommé Directeur du cabinet du Président de la République. La procédure de l’élection d’un nouveau recteur a pris fin depuis quelques mois. Les noms retenus par la famille pédagogique ont été transmis au Ministère d’Etat chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Ahmed Ould Bahiya.

Il ne reste que l’entérinement par la Présidence de la République du nom choisi. Tous les délais ont expiré. Sans que cela ne soit décidé. Tous les pouvoirs qui se sont succédés sur le pays depuis la création de l’université en 1981, sont unanimes pour dire que la gestion de l’université est trop sérieuse pour la confier à une personne en dehors du système. Depuis 2006, son recteur est semi-élu. L’université de Nouakchott constitue un champ de bataille entre les
protagonistes politiques. Les islamistes y sont très implantés. Depuis des semaines, des étudiants de l’ISERI se concertent avec d’autres de l’université pour que celle-ci soit contaminée par les grèves. Les islamistes ne cachent plus leur jonction dans les évènements de l’ISERI. Ils y voient le début d’un printemps arabe, version Mauritanie.

Mechri Ould Rabbany
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires