Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mali: sept personnes tuées dans des accrochages à Gao avec les jihadistes


Actualité
Lundi 25 Mars 2013 - 21:35

BAMAKO - Sept personnes, dont un militaire malien et deux civils, ont été tuées dimanche lors d'accrochages à Gao entre l'armée malienne et des jihadistes infiltrés dans la grande ville du nord du Mali, a-t-on appris de sources militaires concordantes.


Mali: sept personnes tuées dans des accrochages à Gao avec les jihadistes

Un militaire malien, quatre islamistes et deux civils ont été tués dimanche au cours des échanges de coups de feu entre l'armée malienne et les islamistes, a déclaré à l'AFP une source sécuritaire africaine présente à Gao.
La situation est désormais calme à Gao, où l'armée malienne, appuyée par les militaires français et africains, contrôle la situation, a-t-elle affirmé.
Une source militaire malienne à Gao a confirmé ce bilan. Un militaire malien est malheureusement mort, et deux civils. Mais quatre terroristes ont été tués, et trois autres sont gravement blessés. Nous contrôlons la situation, a-t-elle indiqué.
Selon un médecin, deux corps de civils et le corps d'un militaire malien sont arrivés à l'hôpital, mais non les corps des quatre islamistes tués.
Selon deux habitants interrogés par l'AFP, des militaires français et nigériens, qui épaulent l'armée malienne à Gao, étaient présents au moment de l'accrochage avec les jihadistes, survenu dans le nord-ouest de la ville.
L'armée malienne avait indiqué auparavant effectuer un ratissage après un incident ayant impliqué des islamistes présumés infiltrés durant la nuit, près d'un camp militaire malien dans le sud de Gao. Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) avait revendiqué une attaque.
Gao a été libérée en janvier par l'opération militaire franco-africaine qui a permis de reprendre les grandes villes du nord du Mali aux groupes islamistes liés à Al-Qaïda, dont le Mujao, qui occupaient la région depuis l'an dernier.
Ex-fief du Mujao, Gao a subi des attentats-suicides dans les semaines qui ont suivi le départ des jihadistes. Les alentours de la ville restent le théâtre d'accrochages entre troupes alliées et islamistes.


(©AFP / 24 mars 2013 15h39)

Deuxième jour de combats à Gao

GAO, Mali (Reuters) - De violents affrontements se sont poursuivis dimanche à Gao, dans le nord du Mali, entre des rebelles islamistes et les soldats maliens et français pour la seconde journée d'affilée, a-t-on appris auprès d'habitants.
C'est la troisième offensive majeure lancée sur Gao par les islamistes armés depuis que la ville a été reprise par les soldats français de l'opération Serval et l'armée malienne, fin janvier.
"Cette fois, ils sont nombreux et sont très déterminés", a dit une source militaire à Gao.
"Nous essayons de les encercler. Un grand nombre d'entre eux ont été tués et d'autres se replient sur des maisons pour se fondre parmi la population", a ajouté ce militaire s'exprimant sous couvert d'anonymat.
La France a déployé quelque 4.000 soldats au Mali dans le cadre de l'opération Serval, qui a débuté le 11 janvier. Des troupes africaines ont également pris position au Mali.
Ancien bastion des islamistes du Mujao, le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest, la ville de Gao a été reprise le 26 janvier, avant que les forces franco-maliennes ne poursuivent au nord et repoussent les islamistes dans le massif montagneux de l'Adrar des Ifoghas, à la frontière avec l'Algérie.
Les premiers échanges de coups de feu samedi dans la soirée ont duré environ deux heures. Un groupe d'islamistes avait réussi à s'infiltrer dans la ville malgré les barrages de sécurité.
Le calme était revenu dans la nuit, mais les combats ont repris tôt dimanche matin, précisent des habitants.
Un correspondant de l'agence Reuters a vu quatre djihadistes se déplaçant dans la ville. Deux d'entre eux étaient armés de fusils d'assaut de type Kalachnikov, un troisième était équipé d'un lance-grenade RPG. Le dernier portait semblait-il une ceinture piégée.
Cheick Diouara avec Adama Diarra et Tiemoko Diallo à Bamako; Henri-Pierre André pour le service français Reuters.

Source:[Lecalame]urlblank:lecalame.info
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires