Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mali : les islamistes attaquent la ville de Diabali, dans le centre du pays


Guerre au Mali
Mercredi 27 Mars 2013 - 16:01

Des combattants jihadistes menés par Abou Zeid, l'un des chefs d'Al-Qaïda au Maghreb (Aqmi), ont attaqué lundi 14 janvier la ville de Diabali, à environ 400 km au nord de Bamako.


Mali : les islamistes attaquent la ville de Diabali, dans le centre du pays
 De son côté, un responsable du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé que les islamistes radicaux allaient "frapper le coeur de la France".
Ciblés par l'aviation française depuis trois jours, les islamistes radicaux qui occupent le Nord-Mali semblent décidés à se battre. Lundi, des jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont mené l'assaut contre la ville de Diabali, dans le centre de Mali, dans une zone sous contrôle des autorités maliennes.
« Les islamistes ont attaqué aujourd'hui (lundi) la localité de Diabali. Ils sont venus de la frontière mauritanienne, où ils avaient été bombardés par l'armée française », a déclaré une source de sécurité malienne. Selon cette source, l'armée malienne a envoyé d'urgence un hélicoptère sur place.
« Abou Zeid, l'un des chefs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dirige lui-même les opérations. Ils ont quitté la frontière mauritanienne, pour éviter les raids des avions français », a précisé une source sécuritaire régionale, qui confirme l'attaque contre Diabali.
Menaces contre la France
La France, se proclamant en guerre contre le terrorisme au Mali, a bloqué vendredi la progression des groupes armés islamistes vers le centre du pays. L'armée française a bombardé pour la première fois dimanche leurs positions dans le nord, à Gao et Kidal, au coeur des territoires jihadistes. Des positions islamistes à Nampala, à une cinquantaine de kilomètres de Diabali, et un camp d'entraînement jihadiste à Léré, près de la Mauritanie, ont notamment été visés dimanche par des frappes aériennes françaises.
Lundi, un responsable du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a par ailleurs annoncé que les islamistes allaient « frapper le coeur de la France ». Selon un responsable local, plus de 60 islamistes ont été tués dimanche dans la seule ville de Gao au cours de bombardements français. « La France a attaqué l'islam (...) Au nom d'Allah, nous allons frapper le coeur de la France », a déclaré Abou Dardar, l'un des leaders du Mujao. Interrogé sur l'endroit où ce « coeur » de la France serait frappé, ce dernier a affirmé : « Partout. À Bamako, en Afrique et en Europe ».


Source:[JeuneAfrique]urlblank:jeuneafrique.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Guerre au Mali





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires