Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mali : le ton monte contre François Hollande


Guerre au Mali
Vendredi 31 Mai 2013 - 09:49

La position conciliante de la France vis-à-vis des rebelles touaregs qui refusent l'autorité de l'État à Kidal est de plus en plus mal perçue par la population malienne. Comme par les partis politiques.


Mali : le ton monte contre François Hollande
Les messages colportés par la foule, jeudi 30 mai, à Gao, sont à l’image du ressentiment d’une grande part de la population malienne envers les groupes armés touaregs qui se sont retirés à Kidal. « Nos pensées aux victimes et non aux bourreaux », « Pas d'élections sans confiance », « Président François Hollande, merci pour la liberté, maintenant la justice »…

Le président français, taxé de complaisance envers le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), groupe touarègue soupçonné de nombreuses exactions - notamment l’exécution d’une quarantaine de soldats à Aguelhok en janvier 2012 et plusieurs cas de viols à Gao entre mars et juin suivant.

« Les banderoles qui s'adressaient à François Hollande, c'était pour lui dire : tu as libéré le Mali des terroristes, maintenant libère Kidal, sinon avec toi, le Mali va divorcer brutalement », a commenté Ousmane Maïga, l'un des membres de la coordination de la jeunesse de Gao.

Négociations

Le premier tour de la présidentielle, prévu le 28 juillet, doit se tenir sur toute l'étendue du territoire malien, y compris Kidal, mais les groupes touaregs refusent de laisse l’administration et l’armée maliennes reprendre le contrôle de la ville. Des négociations sont actuellement en cours à Ouagadougou pour tenter de parvenir à un accord sur le vote à Kidal le 28 juillet.

L'attitude de la France, soupçonnée de collusion avec le MNLA, est de plus en plus ouvertement critiquée dans la presse malienne et par certains hommes politiques. Le dernier en date est le candidat à la présidentielle Soumana Sacko, ancien Premier ministre de 1991 à 1992 et personnalité très respectée dans son pays.

Le 28 mai, un communiqué de son parti, la Convention nationale pour une Afrique solidaire (CNAS), a dénoncé « avec la dernière vigueur les récents propos mal inspirés du président François Hollande relatifs au sort de Kidal ».

"Paternalisme"

« Ni l'opération Serval, dont nous saluons l'efficacité, ni le mirage de milliards d'euros vaguement annoncés à Bruxelles (lors d'une conférence des donateurs le 15 mai) ne donnent au président François Hollande le droit de se substituer aux autorités maliennes et de déterminer en leur lieu et place la séquence temporelle du retour de l'administration civile et des forces armées et de sécurité du Mali à Kidal », affirmait le texte.

« À contre courant de l'Histoire, les propos anachroniques du président Hollande dénotent un certain paternalisme, voire une certaine velléité de transformation de Kidal, partie intégrante du Mali, en un protectorat français », avait conclu la CNAS.

Source:JeuneAfrique
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Guerre au Mali





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires