Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mali : l’armée française traque les jihadistes dans une vallée au nord de Gao


Actualité
Mardi 9 Avril 2013 - 13:25

L'opération «Gustav», qui mobilise un millier d’hommes, a démarré dimanche à l'aube et devrait se poursuivre durant plusieurs jours. Cette vaste opération de l'armée française a pour objectif de traquer les jihadistes du Mujao dans une vallée au nord de Gao. Pour l'heure, aucun coup de feu n'a été tiré, mais l'armée a d'ores et déjà saisi plusieurs centaines d'obus.


Des soldats du 92e régiment d’infanterie transportent l’une des roquettes chinoises découvertes dans la vallée située à 100 kilomètres au nord de Gao, au cours de l'opération «Gustav». AFP PHOTO / JOEL SAGET
Des soldats du 92e régiment d’infanterie transportent l’une des roquettes chinoises découvertes dans la vallée située à 100 kilomètres au nord de Gao, au cours de l'opération «Gustav». AFP PHOTO / JOEL SAGET
La stratégie est désormais rodée. Comme dans le massif du Tigharghar, ces dernières semaines, les soldats français ont pris la vallée en tenaille, puis posté des guetteurs et des armes lourdes sur les crêtes. L'objectif est d'empêcher toute tentative de fuite des jihadistes.

La région, située au nord de Gao, est vaste : vingt kilomètres de long et des zones vertes où il est très facile de se cacher.

Pour tenter de tromper leur ennemi, les militaires ont engagé ce week-end une manœuvre de diversion, en partant vers l'est de Gao, puis en organisant un « faux ballet d'hélicoptères. » Une tactique qui s'est révélée inefficace.

Des munitions saisies

La vallée, pourtant placée sur écoute et observée par les satellites, était vide lorsque le millier d’hommes qui prennent part à cette opération est arrivé. Les militaires du génie ont néanmoins découvert 350 obus et roquettes de gros calibres et un pick-up recouvert de branchages.

L'opération « Gustav » est menée avec des soldats maliens, qui sont chargés de pénétrer dans les campements. Pour le moment, seulement des femmes et des enfants s'y trouvent. Les fouilles vont se poursuivre dans les prochains jours. La vallée est en effet parsemée d'oueds secondaires, où les jihadistes se sont peut être repliés.

Lutter contre les attaques sur Gao

Ces derniers mènent régulièrement des attaques sur Gao, située plus au Sud. Le dernier accrochage entre les forces franco-maliennes et les groupes jihadistes, il y a deux semaines, avait fait sept morts.

On se souvient aussi qu'en février Gao avait subi une série d'attentats kamikazes commis par des jihadistes, venus vraisemblablement de ces vallées situées plus au Nord. Actuellement, 4000 soldats français sont déployés au Mali. Leur retrait devrait commencer fin avril, et la France ne devrait plus maintenir, à terme, qu'un millier d'hommes dans le pays.

Source : rfi

Dans les coulisses de Koulikoro, camp de formation des militaires maliens:

L’entraînement au maniement des armes commence ici au camp militaire de Koulikoro. « Debout, crie un instructeur, chargez! » Les débuts sont laborieux pour les soldats maliens. Mais cela ne les empêche pas d’être motivés, comme le confirme le sergent en chef Maïga : « On est tous des élèves ici, pour apprendre. Parce que pour être un bon soldat, il faut apprendre, toujours ! ».

Deux cents formateurs venus essentiellement de l’Union européenne sont également sur le terrain. Parmi eux, le lieutenant-colonel Laurent Vieillefosse qui a son idée pour remettre sur pied l’armée malienne : « Il s’agit bien de renforcer toutes les structures de l’armée malienne, à commencer par la cohésion, la confiance que vont donner les subordonnés à leurs chefs, qui permettra après de fonctionner dans un système normal de fonctionnement démocratique ».

Les modules de formation et d’autres détails techniques sont donnés par le lieutenant-colonel Philippe de Cussac, porte-parole de l’opération initiée par l’Union européenne : « In fine, il y aura eu l’instruction pour quatre bataillons, chaque bataillon étant constitué de 700 personnes. La formation des bataillons se fera les uns après les autres, et chaque formation dure dix semaines. »

Pour la formation militaire générale, il y aura une phase de spécialisation avec notamment la création de forces spéciales. Et au mois de juillet, les hommes de la nouvelle armée malienne prendront la direction du nord du Mali.
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires