Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mali : des sympathisants du MNLA détruisent des bâtiments publics à Kidal


Actualité
Jeudi 14 Novembre 2013 - 17:30

Des partisans de la rébellion touarègue du MNLA ont saccagé jeudi des bâtiments publics à Kidal, dont le gouvernorat et le siège du Trésor public, pour protester contre la décision de leurs chefs de quitter ces locaux qu'ils occupaient depuis plusieurs mois.


Un drapeau du MNLA peint sur un mur de Kidal, le 27 juillet 2013. © AFP
Un drapeau du MNLA peint sur un mur de Kidal, le 27 juillet 2013. © AFP
Autres articles
La décision des chefs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) de quitter les bâtiments publics qu'ils occupaient depuis neuf mois n'a pas plu à une partie des partisans de la rebellion touarègue. Dans la matinée du jeudi 14 novembre, certains d'entre eux ont saccagé plusieurs de ces édifices administratifs.
 
D'après des habitants et une source militaire africaine joints sur place, quelques dizaines de femmes et de jeunes partisans du MNLA tenaient depuis jeudi matin un sit-in devant le gouvernorat pour empêcher l'évacuation promise. Le sit-in a dégénéré en violences, des jeunes ont saccagé et brûlé une partie du gouvernorat, du Trésor public et d'un bâtiment de l'Éducation nationale situé à proximité.
 
"Actuellement, des jeunes de Kidal pro-MNLA sont en train de mettre à sac une partie des locaux du gouvernorat. Ils ont saccagé et brûlé les bâtiments du Trésor public et l'Académie (...), en face du gouvernorat. Ils disent qu'ils ne veulent pas voir le retour du gouvernement malien", a déclaré un des fonctionnaires joints peu avant 12h30 locales (et GMT). "Moi, je vois un mur du gouvernorat qui est tombé. J'ai vu aussi le Trésor brûlé. Ce sont les jeunes qui ont fait tomber ce mur", a dit un autre fonctionnaire.
 
Opération française contre Aqmi
 
Des hommes du MNLA demeuraient toutefois jeudi après-midi au gouvernorat et au siège de l'ORTM, qu'ils occupent depuis environ neuf mois. La décision du MNLA de quitter ces bâtiments, annoncée le 9 novembre, a divisé les partisans de la rébellion touarègue. Un premier sit-in de protestation avait déjà été organisé mercredi devant le gouvernorat par un groupe de femmes et de jeunes. Le chef coutumier de Kidal, Intalla Ag Attaher, avait entrepris une médiation entre les deux bords, en exhortant au respect de la promesse faite, selon un proche de sa famille, Moussa Ag Achérif.
 
Une opération militaire française a par ailleurs été menée dans la nuit de mercredi à jeudi dans le désert malien, à l'ouest de Kidal, lors de laquelle des armes ont été saisies et des membres d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) neutralisés.  .
 
Interrogé par Europe 1, l'amiral Edouard Guillaud, chef d'état-major des armées (CEMA), a relevé que les opérations militaires "ne sont pas encore terminées" au Mali. Selon lui, "cette nuit même, à 2h30 du matin, nous avons une opération spéciale contre un pick up dans le désert, à à peu près 200-250 kilomètres à l'ouest de Tessalit, donc en plein milieu du désert, où nous avons neutralisé un certain nombre de gens d'Al-Qaïda". L'opération, a relevé l'officier général, "continue et maintenant nous récupérons le matériel qui va 'parler' d'une certaine façon".
 
Source : RFI
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires