Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mali : au moins trois djihadistes tués lundi à Tombouctou


Guerre au Mali
Lundi 1 Avril 2013 - 19:10

Des terroristes s'étaient réfugiés dans un bâtiment public détruit par l'armée française. "J'ai vu pour le moment trois corps", a confié un journaliste.


Mali : au moins trois djihadistes tués lundi à Tombouctou
Trois nouveaux djihadistes qui avaient réussi à infiltrer Tombouctou (nord-ouest du Mali) ont été tués lors d'opérations de ratissage lancées dans le centre-ville par l'armée malienne, soutenue par des soldats français. Ce bilan, obtenu auprès d'un officier de l'armée malienne et d'un témoin ayant vu les corps, porte à au moins dix le nombre de personnes tuées depuis la nuit de samedi à Tombouctou (900 km de Bamako), dont un soldat malien et un civil nigérian. "Lundi, au cours de notre opération de ratissage, l'armée malienne et l'armée française ont détruit avec l'aide de moyens militaires un bâtiment public situé au centre-ville où les terroristes se sont réfugiés. Nous avons pour le moment découvert trois corps de terroristes", a déclaré l'officier malien.




Le témoin, un caméraman, a affirmé avoir filmé le bâtiment détruit par les soldats, proche de l'unique camp militaire de la ville qui avait été infiltré dimanche par des djihadistes. "J'ai vu pour le moment trois corps" à l'intérieur, a-t-il dit. Jusqu'à cette annonce, le bilan était de sept morts : un soldat malien, un civil nigérian et cinq djihadistes, dont deux kamikazes. L'un des kamikazes avait pris en otage le civil nigérian. De source militaire, les opérations de ratissage en cours lundi concernaient notamment le camp militaire et la mosquée historique de Djingareyber, dans le centre-ville, zone ayant été dimanche le théâtre d'affrontements entre soldats maliens, français et djihadistes infiltrés.

Opérations de ratissage

D'après des habitants, le ratissage était rythmé par des tirs, encore sporadiquement entendus lundi après-midi, sans qu'il soit possible de savoir si c'était le seul fait des militaires ou des échanges de coups de feu avec des djihadistes. Les rues se sont vidées, de même que le marché qui s'était animé dimanche matin. Selon des sources militaires et sécuritaires maliennes, les violences avaient commencé dans la nuit de samedi à dimanche lorsqu'un kamikaze en voiture a tenté, sans succès, de forcer un barrage militaire à l'une des entrées de Tombouctou. Il s'est tué en actionnant sa ceinture d'explosifs et un militaire malien a été blessé.

D'autres islamistes en ont profité pour s'infiltrer dans la ville. L'armée malienne a lancé dimanche des opérations pour les débusquer, avec l'appui d'une unité de l'armée française qui intervient au Mali depuis janvier et qui, à Tombouctou, est basée à l'aéroport. Dimanche, un officier malien avait expliqué que les djihadistes infiltrés avaient ouvert "deux fronts" dans le centre-ville : l'un vers un hôtel servant de résidence temporaire au gouverneur de la région de Tombouctou et l'autre vers le camp militaire occupé par des soldats maliens donnant lieu à des combats intenses pour les en déloger.

Unité d'élite des "bérets rouges"

Par précaution, le gouverneur, des notables de Tombouctou et deux journalistes étrangers avaient été "évacués par l'armée française" de l'hôtel de résidence du gouverneur, d'après une source sécuritaire malienne. Lundi, une source sécuritaire régionale a évoqué une "nouvelle infiltration de djihadistes" à Tombouctou dans la nuit de dimanche à lundi. "Leur nombre varie selon les sources", a-t-elle dit, sans fournir d'estimations et sans préciser lesdites sources. Avec ce regain de tensions, le déploiement annoncé dans le nord des membres de l'unité d'élite des "bérets rouges" apparaît comme une bonne nouvelle pour les troupes maliennes qui doivent être prêtes à assurer la défense du pays sur le long terme, alors que la France a annoncé le retrait progressif, à partir de fin avril, de ses troupes déployées au Mali (4 000 hommes actuellement).

Un important contingent de "bérets rouges" - surnom des membres du 33e régiment des commandos parachutistes (RCP) - a quitté Bamako dimanche pour le nord, a indiqué une source militaire malienne, refusant de préciser leur nombre et leurs zones prévues de déploiement. Environ 400 bérets rouges devraient être concernés par ce déploiement, avait affirmé la semaine dernière le porte-parole de l'armée malienne, le lieutenant-colonel Souleymane Maïga.
Pour d'autres soldats maliens, l'heure sera à la formation. Après plusieurs mois de préparation, des instructeurs de l'Union européenne (UE) entament mardi une mission visant à former et à entraîner près de 3 000 soldats militaires maliens sur quinze mois.
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Guerre au Mali





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires