Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mali : Les défis pour IBK


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 21 Septembre 2013 - 13:50


Des femmes de Kidal lors de la visite d'IBK le 15 juillet 2013.
Des femmes de Kidal lors de la visite d'IBK le 15 juillet 2013.
Le faste pour l’investiture du nouveau président Ibrahim Boubacar Keita. De nombreux invités dont les Présidents français et tchadien qui ont le plus donné pour la libération du Nord du Mali dans le cadre de l’opération Serval. Il y avait là aussi le Roi Mohammad VI du Maroc qui venait renouer de vieilles relations entre les deux pays juste au lendemain d’un geste royal vis-à-vis de l’Afrique : la régularisation des clandestins africains se trouvant sur le sol marocain.

Des absences quand même dont les plus remarquées sont celle du Président sénégalais et celle du mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz qui a eu quand même droit aux remerciements du nouveau Président malien. Pour le rôle joué dans la stabilité et la réunification du Mali. Mais les phrases «cordiales» du Président IBK ne suffisent pas à renseigner sur les réelles intentions de l’homme vis-à-vis des pays voisins notamment de la Mauritanie. Sa première sortie, bien avant son investiture, il l’avait réservée au Tchad, à la Côte d’Ivoire, au Burkina…, en somme quelques-uns des pays qui ont participé effectivement à l’opération Serval dirigée par les Français et destinée à faire recouvrir au Mali sa souveraineté sur son Nord. Alors que l’un des défis majeurs qu’il doit relever en ce début de mandat, c’est bien la normalisation des relations avec les pays voisins, notamment ceux dits «du champ» (Mauritanie, Algérie et Niger). Ce sont ces pays qui ont le plus souffert de l’indulgence des autorités maliennes vis-à-vis des groupes terroristes et des narcotrafiquants qui ont fini par faire main basse sur le Septentrional malien. «Indulgence», parfois «complicité» quand on sait que toutes les opérations entreprises contre ces groupes ont été ventilées à partir du commandement malien vers les cibles visées. C’est ce qui explique l’échec de l’opération lancée en commun sur la forêt de Wagadu en février 2011. C’est une page qu’il faut tourner et définitivement.

D’abord en renforçant le dispositif militaire malien : ce ne sont pas les forces étrangères, d’ailleurs déjà mécontentes de leur situation, qui vont pacifier le Mali, mais seulement les fils du pays. Si l’on prête à IBK quelque vénération pour le fondateur de l’Empire du Mali, Soundjiata Keita, il faut qu’il se comporte et au plus vite en conquérant. Ni les Français, en phase d’ailleurs de retrait, ni les Tchadiens, encore moins les autres unités de la MINUSMA qui manque déjà de moyens, ne sont capables d’assurer un stabilisation définitive de cette partie du Mali. Les groupes armés sont terrés dans les environs de Gao, de Menaka, de Tessalit, dans les massifs de montagneux des Ifoghas, dans le désert de l’Azawad. S’ils ont perdu quelques-uns de leurs chefs emblématiques – Abu Zeyd, Abdallah Echninguitty…-, les plus rusés et les plus dangereux parmi leurs leaders sont encore vivants. Où sont Belmokhtar, Iyad Ag Ghaly, Hammada Ould Mohamed Khairou, Abul Hammam… ? Où sont passés tous ces chefs ?

On peut penser un moment qu’ils ont rejoint les théâtres de Libye ou de Tunisie pour les Maghrébins d’entre eux, mais l’élément soudanais (africain) est resté, attendant le moment propice pour recommencer à harceler les forces de maintien de la paix qui, entre temps, donneront, par leur comportement l’argument de se faire traiter en «forces d’occupation». Les attaques menées contre les regroupements des combattants MNLA ne sont que les prémisses d’une guerre dont les objectifs sont mal définis. C’est contre les Jihadistes et les narcotrafiquants que tous les efforts doivent être retournés. L’ennemi principal est celui-là. D’autant plus que la tension née de ces échauffourées complique le retour des populations déplacées pendant la guerre.

Première leçon : la guerre n’est pas finie et seuls les Maliens peuvent la mener jusqu’à terme. Sinon nous aurons encore et encore l’insécurité et donc l’instabilité dans toute la région. Les rafistolages, avec notamment les accords signés ici et là, n’y feront rien à part retarder les échéances. Le Mali doit se prendre en charge avant de faire appel à ses frères et amis.
Un pays en crise se devait de rompre avec les méthodes du passé et les hommes du passé. Quand on fait la radioscopie du gouvernement choisi, on est frappé par la présence d’anciens responsables dans les formations ATT et Alpha Oumar Konaré, l’ancien chef d’Etat qui s’est contenté de regarder les choses arriver. L’un des grands problèmes du Mali, c’est la gestion des affaires sous ATT qui a eu la prouesse de mouiller tout le monde en concoctant des gouvernements d’union nationale, procédé qui a fini par tuer l’opposition qui ne pouvait plus se proposer en alternative au pouvoir.

Autre défi lié à la stabilisation, c’est la réforme de l’Armée. Avec quel matériau, quels officiers et quelle logique ? Il va falloir rendre à l’Armée malienne sa confiance, faire oublier les massacres perpétrés par quelques-unes de ses unités (comme celle de Diabali qui a assassiné froidement treize prédicateurs mauritaniens en septembre 2012), effacer les images de débâcle devant quelques poignées de rebelles des esprits et l’empêcher de se comporter en milice cherchant à assouvir une quelconque vengeance. Difficile mais faisable. Sans une Armée forte du soutien des populations, il ne faut pas espérer stabiliser le Nord.
Le Président Ibrahim Boubacar Keita l’a dit : «Tout est négociable sauf l’intégrité du territoire». Pour affirmer ensuite qu’«il n’y aura ni fédéralisme, ni autonomie, et encore moins de débat sur une quelconque indépendance d’un centimètre carré du pays». Et de promettre que «plus jamais ça».

Aux populations maliennes qui ont tant souffert. Aux pays voisins qui ont eu à subir les dommages collatéraux d’une situation d’insécurité au Mali. A tous, IBK a promis : «Plus jamais ça». Qui vivra verra…

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter