Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mali: Dioncounda Traoré rencontre une association touarègue pour l'unité nationale


Guerre au Mali
Mercredi 8 Mai 2013 - 12:50

Au Mali, le président de transition a reçu hier mardi 7 mai les représentants de la Plateforme des cadres et des leaders Kel Tamasheks, c’est-à-dire Touaregs, pour l’unité nationale du Mali. Cette organisation, lancée il y a moins d’un mois, prétend représenter les aspirations de la communauté touarègue, favorable à l’unité malienne.


Autres articles
La Plateforme Kel Tamashek s'oppose à la lutte armée menée par le MNLA. REUTERS/Cheick Diouara
La Plateforme Kel Tamashek s'oppose à la lutte armée menée par le MNLA. REUTERS/Cheick Diouara
Le premier objectif était de présenter au président malien de transition, Dioncounda Traoré, les buts de la Plateforme : lutter contre la stigmatisation des populations touarègues et soutenir l’unité du Mali. Mais surtout, il s’agissait de jouer la carte du volontarisme afin d’être impliqué dans le processus de réconciliation nationale.

« Nous lui avons dit aussi que nous sommes disponibles pour appuyer la « Commission dialogue et réconciliation » qui vient d'être installée dans notre plan d'action, indique Inhaye Ag Mohamed, premier vice-président de la Plateforme Kel Tamashek. Donc il est prévu l'organisation d'un séminaire national sur la réconciliation au Mali ».

Développement économique

Ont également été abordés le développement économique du nord du Mali, et le processus de décentralisation : « Il y a des besoins énormes en matière de services sociaux de base, souligne Inhaye Ag Mohamed. Le nord du Mali se caractérise quand même par l'immensité du territoire et la dureté des conditions climatiques. Et je pense que ce qu'il y a lieu de faire c'est de faire jouer la solidarité nationale et internationale pour permettre aux populations des régions du nord de connaître les bienfaits du développement tout comme au sud ».

La création d’un Haut conseil de l’Azawad à Kidal, prônant également le dialogue, l’intégrité territoriale du Mali et le pacifisme, n’aurait pas été abordée avec le président de transition. « Cela ne nous intéresse même pas, expliquent les cadres de la Plateforme, qui n’y voient qu’une « porte de sortie » pour les combattants du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) ou du Mouvement islamique de l'Azawad (MIA).

Source : rfi
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Guerre au Mali





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires