Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Maghreb/Carnet de voyage : Le nouveau Maroc arrive


International
Jeudi 30 Juin 2011 - 20:39

Les grandes artères de Rabat ne désemplissent pas. Pas de promeneurs en cette saison de grandes chaleurs, mais des manifestants. Ici un groupe qui crie son soutien au «oui» à la nouvelle Constitution. Là, un autre groupe qui appelle au boycott pur et simple du référendum prévu demain, vendredi 1er juillet. Essentiellement les vieux militants de l’extrême gauche marocaine qui ont fait du rejet de la Monarchie un leitmotiv d’un combat résiduel des années 70. Il y a aussi, à leurs côtés, les militants de l’islamisme radical représenté par l’organisation Al’adl wal ihssane, ainsi que le vieux syndicat de gauche, la confédération dirigée par Amaoui. Un mélange qui est l’expression d’un mariage de saison. Une saison de grosses chaleurs, mais de belles promesses.


Maghreb/Carnet de voyage : Le nouveau Maroc arrive
La campagne pour le référendum prend fin ce soir (jeudi). Demain, 13 millions d’électeurs répartis entre 40.000 bureaux de vote, s’exprimeront à partir de 8 heures du matin. L’enjeu pour le Maroc se situe à deux niveaux : au niveau du taux de participation lequel s’il est faible, sera interprété comme une victoire des partisans du boycott ; au niveau du taux du «oui» qui, s’il est massif, va traduire un choix populaire pour un Maroc nouveau qui s’annonce déjà.

Avec la proposition faite par le Roi Mohamed VI le 9 mars dernier, d’une Constitution faisant l’objet d’une grande concertation avant d’être soumise au vote, le Maroc optait pour la modernisation de son système politique. Premier pas vers la démocratie parlementaire, la nouvelle Constitution apporte des réponses aux questionnements multiples d’une population confrontée aux défis de la Modernité et à l’aspiration, chaque jour plus forte, au changement. En l’annonçant puis en la proposant, le Roi Mohamed VI a bien anticipé sur les effets de contagion qui menaçaient évidemment le Maroc à partir de la Tunisie, de l’Egypte, du Yémen, de la Syrie, de la Libye...

Alors le Roi a choisi de faire lui-même sa révolution. Elle s’articule autour des nouvelles dispositions d’une Constitution qui fonde une charte citoyenne, une répartition novatrice des pouvoirs, une réorganisation de l’Etat avec la forte option pour la régionalisation, une bonne gouvernance marquée par l’institutionnalisation des outils de contrôle et par la fin de l’impunité. C’est ce qui explique la cohérence du texte et son ancrage résolu dans les valeurs modernes et universelles.

Cela apparait dans l’approche d’abord. L’élaboration du texte a été l’occasion d’impliquer toutes les forces vives de la Nation, sans exclusive. La commission consultative nommée par le Roi a entendu tous les avis et pris en compte toutes les propositions et contre-propositions contenues dans les mémorandums remis ici et là. Ce qui a permis d’avoir des contributions effectives de l’ensemble des partis politiques et des centrales syndicales, à l’élaboration du projet de la constitution, du début à la fin.

La Constitution proposée au référendum met en valeur l’identité plurielle et ouverte du Maroc nouveau. Modération, tolérance, dialogue, compréhension et reconnaissance de la diversité culturelle comme une source d’enrichissement, tels sont les fondements de ce Maroc nouveau. La reconnaissance de l’Amazigh et du Hassaniya (Hassani) comme langues nationales en découle.

La Constitution déclare son ancrage au référentiel universel des Droits de l’Homme et reconnait la primauté des conventions internationales ratifiées par le Maroc en ce qui concerne les droits et libertés fondamentaux accordés au citoyen. Droit à la vie; droit à la sécurité des personnes et des biens; Prohibition de la torture et de toutes les violations graves et systématiques des droits de l’homme; Présomption d’innocence et droit à un procès équitable; Libertés de pensée, d’opinion et d'expression; Liberté de la presse et droit d’accès à l’information; Libertés de réunion, de rassemblement, de manifestation pacifique, d'association et d’appartenance syndicale et politique.

L’égalité entre l’homme et la femme est reconnue pour ce qui est des droits et libertés à caractère civil, politique, économique, social, culturel et environnemental. Pour renforcer cela, le texte prévoit la création d’une Autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discrimination.
Avec la nouvelle Constitution, c’est la souveraineté du peuple qui s’exprime. Le texte est donc au-dessus de tout et de tous. Y compris le Roi qui perd sa sacralité déclarée. Elle garantie aussi une meilleure séparation des pouvoirs dans le cadre d’un régime de monarchie constitutionnelle, démocratique, parlementaire et sociale. Dans le nouveau Maroc, la Monarchie est citoyenne et se porte garante des fondamentaux de la nation, assurant des missions de souveraineté et d’arbitrage.

Le gouvernement émane désormais d’un Parlement élu, sous la direction d’un Chef du gouvernement choisi au sein de la formation arrivée première aux législatives, dépositaire d’un pouvoir exécutif réel. Le rôle et l’autorité du Parlement sont renforcés par le contrôle effectif de l’action du gouvernement et l’évaluation continue de l’action publique. Le champ d’action du pouvoir législatif est élargi vers 30 à 60 matières y compris 26 lois organiques : en particulier les garanties des droits et libertés, l’amnistie, le découpage électoral et les différentes sphères de la vie civile, économique et sociale.

La Justice est hissée au statut d’un pouvoir indépendant, au service d’une protection réelle des droits et de l’assurance du respect des lois. Toute tentative de subordination est désormais assimilée à un crime et sévèrement réprimée par des textes spécialement dédiés à cela. Aussi devrons-nous assister à la mise en place d’une véritable Cour constitutionnelle, gardienne de la suprématie de la Constitution et dont la moitié des membres est désormais élue par les deux Chambres du Parlement avec des compétences élargies au contrôle de constitutionnalité des conventions et saisine ouverte aux citoyens.

La reconnaissance d’un statut pour l’opposition démocratique fait partie d’un ensemble de dispositions qui visent à améliorer le rôle des acteurs politiques en vue de l’instauration d’une démocratie citoyenne et réellement participative : présidence de droit de la commission des lois dans le Parlement; accès équitable aux médias officiels; bénéfice du financement public; participation effective au contrôle du gouvernement et aux commissions d’enquêtes parlementaires; renforcement du rôle des syndicats en tant qu’acteurs de la démocratie sociale, mais aussi politique à travers leur présence maintenue au sein de la 2ème Chambre; Reconnaissance du statut et du rôle de la société civile et des ONG, en tant qu’acteurs de la démocratie participative, au niveau national et au niveau local et communautaire; Consécration du statut et du rôle des médias dans la promotion de la démocratie, des droits et des libertés des citoyens : Garantie de la liberté de la presse et du droit à l’information, et organisation et régulation démocratiques des secteurs de la presse et de la communication audiovisuelle, y compris les moyens audiovisuels publics (la HACA constitutionnalisée).

Il est clair que le projet de Constitution bénéficie du soutien de la grande majorité des acteurs politiques de la scène marocaine. Reste à savoir si ce soutien s’exprimera effectivement demain. Deux indicateurs : le taux de participation et le niveau du «oui». Au-delà de 55% de participation et de 70% de «oui», le Maroc aura choisi le chemin de la révolution tranquille. Celle qui mène nécessairement à bon port.

En cette veille de scrutin, le Royaume chérifien est à quelques heures de devenir un modèle pour le monde rabe, particulièrement pour les monarchies qui semblent condamnées à changer, sinon à être changées.


Mohamed Fall Oumeir, du Maroc
Pour Noorinfo
Noorinfo


              


1.Posté par Sebastien le 26/09/2011 11:32
Salut,

j'aime bien votre carnet de voyage. Si vous avez le temps je vous propose de découvrir encore plus de récits sur http://www.visoterra.com/voyage-mali-pays-dogon/banani-village-au-pieds-de-la-falaise.html

Bonne lecture a vous

Sebastien

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire