Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Maalouma, le singulier et le pluriel


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 24 Mai 2014 - 09:00

A-t-on besoin de le rappeler : Maalouma Mint Meydah sait extraire ce qu’il de mieux dans notre patrimoine pour l’envelopper dans ce qu’il y a de mieux chez les autres pour nous le rendre dans la meilleure des formes. Le pari de Maalouma est largement gagné avec son nouvel album Knou.


Maalouma, le singulier et le pluriel
Le titre Knou est évocateur parce qu’il est une reprise d’un morceau d’anthologie de la musique traditionnelle Bithâne. Il s’agit d’un rythme qui se caractérise par la douceur qui exige une grande grâce pour les danseuses – parce qu’il s’agit d’une danse réservée plus ou moins aux femmes.

Quand on regarde les femmes évoluer sur scène, on pense facilement  aux chancèlements d’un oiseau blessé, aux déhanchements d’une belle et grasse autruche sur le point de tomber entre les mains du chasseur qui l’a juste blessée sans la tuer… le temps pour elle de faire quelques pas de plus… au rythme d’un effort immense qui est rendu par la mélancolie de la musique qui instruit aussi sur le destin tragique et inévitable de l’oiseau… tout est dit dans le rythme et dans les mots qui ne veulent rien dire d’extraordinaire sauf qu’ils riment et qu’ils taisent plus qu’ils ne disent… «laaja likhriiv/n’udaana//nizegnen kiiv/bouzinaana»… «yom, yom…»…
 
C’est ici que Maalouma apporte sa première note : les mots racontent désormais une histoire, celle d’un ancien séducteur qui n’a plus que les souvenirs pour accompagner allègrement une déchéance certaine…
Le style «singulier» de Maalouma réside dans sa capacité à composer un rythme avant de lui trouver le texte qui va avec. Le défi pour elle, c’est de trouver les mots qui remplissent parfaitement le rythme sans prendre en compte la contrainte de la métrique traditionnelle. C’est ce qui lui permet de faire l’unité du thème et de la poésie. Et ce sont là les «petites» révolutions qui permettent à Maalouma de lancer la «oughniya» mauritanienne qui allait faire des émules en Mauritanie.
 
Celle à laquelle on s’en prenait pour avoir apporté du neuf dans la musique, bouleversant l’ordre séculaire, dépassant les tentatives timides de modernisation qui n’ont pas tenu devant les remparts de la tradition, celle-là est devenue un modèle. Elle est passée du statut de «griotte» à celui d’«artiste», pour sa capacité à innover, sa détermination à imposer un style et à réhabiliter la créativité et la création artistique.
 
Deuxième niveau de rénovation, le message véhiculé par l’art sert désormais les valeurs humanistes pour dénoncer les misères terrestres : l’injustice, l’arbitraire, la guerre, la famine, les inégalités…
Pour revenir à Knou, rappelons que ce rythme est si apprécié par les pratiquants et les connaisseurs de la musique Bidhâne qu’il a été joué dans plusieurs modes avec des variations qui n’ont en rien affecté le rythme fondamental. Certains le jouent dans le Vaghu de la Jamba el Kahla (la Voie noire), dans le K-hâl de la Jamba el baydha (Voie blanche), d’autres ont créé «knou el vayiz» dans le Sayni-karr… chacun y allant de ses petites variations pour célébrer ce rythme destiné à faire danser les plus belles femmes présentes. Car pour danser Knou, il faut répondre à un minimum de conditions physiques qui sont pour le rythme, déjà fantastique, une sorte d’ornements supplémentaires… 
 
L’un des chefs d’œuvres de l’album reste Gwoyredh, ce showr «piqué» dans le répertoire de son père Mokhtar Ould Meidah, l’un des plus grands maîtres de l’art traditionnel. Quelque chose qui révèle tout le talent de Maalouma. Il y a quelques semaines, j’écrivais ici :
 
«D’abord l’Ârdine, avec un flux intense, sans agressivité cependant, sans violence aussi… juste une série de sonorités qui vous transpercent… doucement… pas lentement, mais doucement… qui vous transportent… La voix de Maalouma arrive pour vous baigner dans l’univers du plus romantique des poètes amoureux de l’espace Bidhâne, M’Hammad Wul Ahmed Youra, le génie de tous les temps de cet espace…
«shmeshâna wu shga’adna/âana wunta hawn uhadna 
yal ‘agl ‘la daar Inzdna/giblit sâhil wâd Hnayna…»
 

Pendant qu’on s’oublie dans la méditation de ce dialogue que le poète entreprend avec son âme ingrate parce que voulant quitter ces lieux sans se donner le temps de pleurer le bonheur ici vécu, sans se souvenir pour rendre aux lieux quelques bribes du bonheur d’antan, en signe de reconnaissance… 

…«mâ vit âna wunta lathnayn/viddâr g’adna wu bkayna 
wu tmathnayna viddâr ilayn/min haq iddâr tnajayna» 

Comme pour venir en écho au poète Lamartine qui, lui, interpellait le temps qui passe : 

«Eternité, néant, passé, sombres abîmes, 
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ? 
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes 
Que vous nous ravissez ?» (Le Lac) 

On est perdu dans la comparaison des approches dans l’expression du bonheur perdu… en pensant que M’hammad a voulu faire de ce temps (qui n’est pas perdu pour lui), un espace qu’il vénère et pour lequel il exprime une profonde gratitude… Lamartine qui s’en prend à «ceux» qu’il croit responsables du vol de son bonheur… 
Et dans tout ça, la voix douce et mélancolique de Maalouma… On suffoque sous l’emprise de la complainte quand, soudain sortent les sonorités de la tidinît de Mokhtar Wul Meydah, le père de Maalouma… Il joue sa célèbre partition «Gwoyridh»… «dent-daan-denna-det-denadenadenna-den…» 
Une voix unique en son genre. Un jeu unique d’une tidinît unique… On plonge dans le passé… au sens de l’ancrage, du retour aux sources, de l’immersion dans l’Originel, de la restauration de l’Authentique, de la reprise du chemin perdu, celui de la création et de l’innovation… 
Retour à Maalouma, à l’ârdîne et à la poésie de M’hammad… le moment de flottement qui devrait se comparer avec celui de l’ivresse… qui met les sens aux aguets… tous les sens… quand arrivent les voix d’un chœur chantant un rap des plus modernes… avec des mots qui célèbrent la vie et qui donnent espoir… 
Silence. Méditations. On est encore sous les effets de cette magie qui associe ancien, moderne et postmoderne dans une harmonie parfaite…
» 

Ici, Mokhtar Ould Meidah, Maalouma et Bankofa ont marié tidinit, ârdine et rap… en une mélodie envoûtante, sans précédent. Avec ce talent «singulier», c’est un talent «pluriel» que véhicule tout l’album.

MFO
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter