Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

MH370, incroyable histoire d’un très noir complot


Lu sur le web
Mercredi 2 Avril 2014 - 11:00

’histoire de la disparition du vol MH370 inonde les médias et revient sans cesse avec de nouvelles hypothèses, au point qu’il est très difficile de l’ignorer en attendant des développements concrets. Si, comme le suggèrent toutes ces hypothèses, il y avait réellement des choses que l’on voudrait cacher, quelles sont-elles? La masse des informations qui arrivent tous les jours embrouillent plus qu’elles n’éclairent comme si, justement, quelqu’un voulait se servir des « conspirationnistes » pour brouiller les cartes.


MH370, incroyable histoire d’un très noir complot
Les faits suivants seraient rapportés par d’autres que Percy Alvarado Godoy ou quelque autre de sa trempe, je n’y prêterais sans doute pas attention. Mais venant de cet ancien rompu aux stratégies de la guerre secrète, et dont j’ai toujours pu confronter le caractère fiable des informations qu’il relate, j’ai décidé de vous transmettre le contenu du dernier article qu’il a publié concernant le vol HM370 de la Malaysian Airlines, le pourquoi et le comment de sa disparition, même si c’est tellement gros que cela semble incroyable.

J’ai choisi de le faire parce que si c’est réellement ce qui c’est passé, cela confirmerait le fait que Washington est en train de franchir un seuil d’intensification de sa guerre pour l’hégémonie globale, ce qui aurait pour conséquence de nous mettre tous (ceux qui s’y opposent) en danger à court terme. Et comme les signes avant coureurs se multiplient de l’Ukraine au Venezuela, en passant par l’Espagne et la Grèce, je pense qu’il est important de redoubler de vigilance.



L’ensemble du récit repose sur des sources russes qui ne sont pas identifiée dans le texte :

Après que les services secrets russes aient été avertis anticipativement que ce vol représenterait un sérieux danger pour leur pays et la Chine parce qu’il était probablement porteur d’une charge de matériel radioactif ou d’armes biologiques, ils menèrent leur enquête.

Selon l’enquête préliminaire du GRU (Renseignements militaires russes) et de la FSB (Anciennement KGB), la charge suspecte dont était porteur le HM370 fut transférée des EU via la République des Seychelles dans un bateau sous bannière étasunienne nommé MV Maersk Alabama. De là elle fut envoyée en Malaisie, en quelques heures, sous la protection de deux agents des renseignements de la Navy, Marco Daniel Kennedy de 43 ans et Jeffrey Keith Reynolds de 44 ans, qui après furent assassinés de manière suspecte.

Tous les deux étaient des spécialistes des transports d’arsenaux biochimiques et nucléaires, et étaient employés sous une couverture connue comme groupe Trident, fondé par le Pentagone et dont le siège se trouve à Virginia Beach, Virginie, pour servir de couverture aux Opérations Spéciales exécutées par les SEAL et à d’autres opérations secrètes réalisées par des groupes spéciaux à terre, parmi ces missions : les transports de matériel atomique et biologique dans le monde entier, ainsi des opérations noires, en particulier la réalisation d’opérations sous fausses bannières.

Quand le GRU s’est rendu compte que la charge avait été déposée dans le vol HM130 ayant pour destination la Chine, il avisa immédiatement le Ministère de la Sécurité de l’Etat Chinois (MSS) de la possibilité d’une dangereuse menace. La Chine, quant à elle, activa tous ses systèmes de défense et mobilisa ses systèmes permettant de récolter l’information en temps réel. La mesure principale adoptée par le MSS fut de dévier l’ avion vers une autre destination, non plus Bejing, mais un aéroport, Haikou Meilan International Airport (HaK), situé sur l’île de Hainan.

Dès lors tout avait été préparé par la Chine pour recevoir ce vol dangereux, mais il semble que des informations ont filtré qui ont mis les USA en état d’alerte, et qu’ils décidèrent de dévier le Boeing 777 – qui s’approchait à ce moment de la mer de Chine Méridionale, à proximité des Iles Spratly – vers Diego Garcia, distant de quelques 3 447 kilomètres.

Comment réussirent-ils à faire passer inaperçue cette manœuvre de détournement ?

Pour commencer (les USA) réussirent à mettre temporairement hors service l’activité de China Mobile en particulier les centres situés dans les Isles Spratly. Ensuite ils utilisèrent les moyens technologiques les plus sophistiqués à leur disposition pour faire « disparaître »l’avion. Pour réussir cet escamotage sous la vigilance des radars et satellites chinois, russes et d’autres nations, ils employèrent l’équipement dont disposait le Boeing 777-200ER, ils manipulèrent Fly-by-Wire (FBW)*, parvenant grâce à une interface électronique à le convertir en un énorme drone. Et l’avion se mit à voler tellement bas qu’il échappa aux radars. L’essentiel était de hacker également ses systèmes de communication, ce qui aurait été exécuté par un des passagers encore non identifié pour le moment.

Le reste était relativement facile parce que les satellites nord-américains couvrent cette zone en détail et disposaient d’information sur la déviation provoquée de l’avion jusqu’à l’Atoll de Diego Garcia, qui est un atoll de corail, considéré comme territoire du Royaume Unis mais utilisé par les EU qui la leur louent. Il est considéré comme une des bases les plus secrètes parmi les près de mille bases utilisées par le Pentagone et la CIA. Il a été employé de manière réitérée comme base d’espionnage dans l’Océan Indien et comme prisons pour ceux que le gouvernement étasunien voulait faire « disparaître ». Ce fut également un plateforme pour développer les guerres contre l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie et l’Iran.

On ne peut pas nier que cette trame d’espionnage, dans le style insolite des films de James Bond, a laissé les services de renseignement face à de multiples inconnues. Ce qui est certain c’est que la charge était une menace contre la Chine, de cela il n’y a aucun doute. Le matériel biologique, a été transféré avec la complicité de plusieurs nations et il avait pour objectif une attaque contre le pays asiatique, la Corée du Nord ou le Vietnam.

Des sources anonymes russes ont proposé au quotidien Komsomólskaya Pravda quelques hypothèses qui ont été utilisées par le GRU et le FSB de même que par le MSS. L’une d’elles se rapporte à la composition des passagers de l’avion. Sans certitude et de manière spéculative, le journal russe suggère ce qui suit : « On reste avec la sensation que l’ensemble des personnes qui voyageaient à bord de l’avion avait quelque chose d’étrange, le pilote faisait partie de l’opposition malaise, il y avait deux iraniens munis de faux passeports, trop de passagers chinois ayant le même patronyme, et un passager australien avant d’embarquer confia à sa femme son alliance et sa montre, et lui demanda de les remettre au premier de ses fils qui se marierait, comme s’il savait qu’il ne reviendrait pas ».

Ce qui est certain, c’est que parmi les passagers se trouvaient près d’une vingtaine d’employés étasuniens de l’entreprise Freescale Semi Conductor, dont le siège est à Austin, Texas, et qui appartient à la multinationale Blackstone, propriété du fameux multimillionnaire Jacob Rothschild, une entreprise qui se consacre à mettre au point un avion invisible pour les moyens actuels de détection, ce qui a une remarquable importance militaire. D’après certaines sources, parmi ce groupe, il y avait 4 espions chinois qui transportaient de sensibles informations secrètes qui affecteraient les USA et qui devaient être éliminés avant qu’ils aient pu transmettre ces secrets.

Il est évident que cette large conspiration a été préparée de manière à cacher la vérité, manipuler l’opinion publique mondiale, avec l’appui des grands médias, qui produisent toutes sortes d’experts, élaborent des hypothèses et remplissant d’interrogations jusqu’aux services de renseignement de toute la planète eux-mêmes.

Une dizaine d’hypothèses ont ainsi été écartées en relation avec de possibles suicides, des actes de terrorisme, même une intervention extra-terrestre, la complicité des pilotes, détournement vers des pays comme l’Afghanistan et le Pakistan, il semble que ce qui a été occulté ne sera jamais révélée au public. Les enjeux sont de taille.

D’un autre côté existe des soupçons de ce que cette opération ai échappé aux mains du gouvernement des USA et qu’elle ait été filtrée par le Mossad, la FSB et d’autres services de renseignements. Il n’y a pas de doute, le sort des 239 passagers est et restera incertain, ainsi que les indemnisations dérisoires seront une faible compensation pour les proches des victimes.

Le gouvernement malais mis sous pression par les USA garde jalousement toute information en relation avec cette affaire et montre un intérêt marqués pour clore le pénible événement. Les pressions et promesses exercées sur lui ont du être fortes. Les près de 26 pays impliqués dans la recherche estiment que les dépenses s’élèveront à près de 400 millions de dollars, alors que certains continuent les recherches de vestiges qui indiqueraient sa localisation.

La Russie et la Chine malgré qu’elles aient reçu l’information en temps réel se voient frustrées de leur intention de doubler la CIA et le Pentagone en capturant la dangereuse charge qui arrivait dans le Boeing 777-200. Ils ont néanmoins obtenu une importante victoire en empêchant que le vol parvienne à sa destination initiale.

La question que nous nous posons tous concerne le fait de savoir si le Président Obama avait connaissance de cette opération noire réalisée par les services de renseignement de son pays, laquelle pourrait avoir eu 239 victimes pour conséquence. Ce serait une preuve de plus que son Prix Nobel de la Paix n’est pas mérité.

Un de ces jours, que nous espérons proche, les informations concernant ce triste épisode dans lequel sont mêlées l’indolence, l’impunité et l’abus de pouvoir sortiront à la lumière. Pour le moment la grande perdante c’est l’Humanité.

Percy Francisco Alvarado Godoy
Percy Francisco Alvarado Godoy
* Système mis au point suite au détournement des avions de passagers qui ont mené l’attaque du 11 septembre et qui permet de manœuvrer un avion localisé en n’importe quel lieu depuis la terre pour rediriger son vol. C’est pour cette raison que le Boeing 777-200 avait un Fly by Wire conçu pour réaliser cette opération en cas d’urgence et reprendre le contrôle de l’avion, y compris sans l’intervention du pilote, pour le diriger jusqu’à un lieu prédéterminé à terre.

Traduction Anne Wolff - Article original en espagnol Conspiración negra contra vuelo #HM370
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires