Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

M’Bagne/agriculture traditionnelle : les paysans abandonnés à eux-mêmes


Actu Mauritanie
Vendredi 15 Janvier 2016 - 15:00

Les paysans de la vallée de la rive droite du fleuve Sénégal s’inquiètent sur le sort de l’agriculture traditionnelle qui les faisait vivre. A l’irrégularité désormais chronique des pluies, raréfiant les crues du fleuve inondant les plaines du Walo, est venue s’ajouter, depuis quelques années, les invasions endémiques d’oiseaux granivores.


M’Bagne/agriculture traditionnelle : les paysans abandonnés à eux-mêmes
C’est le cas spécialement  dans le département de M’Bagne. Chaque année que Dieu fait, ces mange-mil  font des ravages dans les champs du Diéri et du Walo. Et les battues, organisées par les paysans, contre  les bandes d’oiseaux  qui  viennent s’installer  pendant l’épiaison, n’y peuvent rien. Tous les moyens traditionnels  de lutte sont épuisés : battues, destruction de nids et de dortoirs, chasse à la fronde… Les agriculteurs finissent, le plus souvent, par arracher leurs champs  avant maturation, histoire de récolter un tant soit peu et de s’épargner une vaine lutte.

Un paysan nous raconte, dépité : « Rien ne fait peur  à ces oiseaux  qui peuvent  s’accrocher  jusqu’aux épis que vous secouez ! ».  Le seul profit à tirer  de longs mois de labeur reste le fourrage aux animaux.
 
Même les périmètres rizicoles de Dabbé, Sorimalé et Thiéguelel ne sont pas épargnés. Les indésirables  investissent les parcelles, aussitôt les semences mises en terre et les agriculteurs doivent veiller sur leurs cultures jusqu’à la récolte. « C’est très hypothétique de produire du riz, ici », avouent nombre de paysans. D’autant plus qu’à ces contraintes aviaires, viennent s’ajouter les animaux en divagation, singes et autres phacochères, ainsi que les pannes des moteurs,  en pleine campagne et période critique de développement du riz.
 
Cette situation  est  plus  qu’incompréhensible, à l’heure où les pouvoirs publics clament, sur tous les toits, que « toutes les dispositions ont été prises, pour faire, de l’agriculture, un levier du développement national ». En tout cas, pas celui de M’Bagne où les agriculteurs  semblent abandonnés à eux-mêmes, malgré l’installation d’un   important projet de deux milliards d’ouguiyas : pas de grillage pour protéger les périmètres rizicoles et les champs, absence d’accompagnement pour lutter contre les oiseaux granivores, aucune piste de désenclavement  des zones de production.

Les charretiers de M’Botto ont même été obligés de construire, l’an dernier, un pont artisanal sur un  des plus grands bras du fleuve Sénégal  (Lougué), avec du bois et des sacs pleins de  terre, pour désenclaver les champs de décrue et  les périmètres rizicoles de Thiéguele et de Sorimalé. En période de décrue, les habitants  de M’Botto, Thilla, Sorimalé et autres villages voisins du Sénégal  ne peuvent traverser cette rivière qu’en pirogue – souvent délabrée… – à la nage ou, plus rarement, à gué.

Dans cette partie du département de M’Bagne, on cultive le sorgho, le petit mil, les niébé, le maïs, les pastèques, les melons…Même si le riz est en train de conquérir les cœurs, en dépit des difficultés susdites, les paysans restent  encore  attachés à ces cultures traditionnelles.

Source: Le Calame
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires