Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Lutte contre la pauvreté: Les mendiants demandent à rencontrer leur Président


Actualité
Vendredi 10 Juin 2011 - 18:00

Des dizaines de mendiants se sont rassemblés devant la Présidence, à Nouakchott, mardi dernier. Ils réclamaient durant ce sit-in leurs mensualités qu'ils ne percevaient plus depuis trois mois.


Les mendiants aveugles tiennent une des banderoles de protestation
Les mendiants aveugles tiennent une des banderoles de protestation
Salek ould Sidi Mohamed, 42 ans, mendiant paralysé, et président de l’association pour la promotion des jeunes handicapés physiques, explique durant la raison de leur présence déterminée devant la Présidence. «Nous sommes ici pour manifester contre la marginalisation croissante que nous subissons. Nous ne mettrons fin à ce sit-in qu'après avoir rencontré le président de la République, en vue de régler nos problèmes.»
Ils sont rejoints par un des conseillers de Ould Abdel Aziz, Abdellahi Ould Ahmed Damou, qui leur assure de résoudre leurs problèmes dans les plus brefs délais. Ces assurances ne sont pas convaincantes aux yeux des mendiants., qui sont sûrs que celles-ci se perdront dans le dédale des procédures administratives. C'est ce qu'affirme à Noor info, un des mendiants aveugles présents: «on en a marre des promesses continuelles et vaines de ces conseillers. Nous voulons dorénavant discuter directement avec Aziz!»
Le slogan «président des pauvres», scandé par Aziz lors des dernières élections présidentielles incite quotidiennement des habitants de Nouakchott, provenant des quartiers périphériques à venir manifester devant le palais présidentiel pour exposer leurs problèmes.
Des employés du programme contre la mendicité sont venus appuyer les mendiants et par la même occasion, exiger leurs droits. Cheikhna Ould El Hacen, délégué du programme en question: «le secrétariat d'État aux droits de l'Homme ne se préoccupe pas du sort de ces malheureux, alors que le programme de mendicité est censé leur offrir un cadre de vie meilleur. Dans le même temps, nous-mêmes n'avons pas perçu nos droits.» explique-t-il. Il y aurait plus de 48 employés dont les salaires seraient suspendus depuis plus de deux ans.
Les autres employés du programme accusent le commissaire adjoint aux droits de l’homme, Cheikh Ould Bouasria, de partialité et de retarder volontairement les procédures visant à les réhabiliter dans leurs droits.
Noorinfo

Rabbi'e pour Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires