Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Libye: Le village natal de Khadafi mis à sac


International
Mercredi 5 Octobre 2011 - 16:14

Devant l'opulence affichée par le village natal de Mouammar Kaddafi, conquis en début de semaine, certains combattants pro-CNT cèdent à leur désir de vengeance. Au menu des représailles : intimidation des rares habitants qui n'ont pas fui, vols et destruction de leurs maisons...


Libye: Le village natal de Khadafi mis à sac
Pris en début de semaine par les combattants anti-Kaddafi, le village natal de l’ex-« Guide » n’a pas beaucoup d’équivalents en Libye. Situé à une vingtaine de km au sud de Syrte, Qasr Abou Hadi offre à la vue des maisons cossues, défendues par de hauts murs en béton, les champs alentours sont garnis de réservoirs d’eau - alors même qu’ils sont interdits partout ailleurs dans le pays - et une autoroute à double voie éclairée par des lampadaires électriques le relie à la côte…
Mouammar Kaddafi, comme tous les dictateurs, savent privilégier les lieux qui les ont vu naître - souvent au détriment du reste de la population. Ce qui suscite frustration, colère, et un ressentiment prompt à exploser en cas de changement de régime. De fait, depuis la prise du village, de nombreuses habitations ont été saccagées, voire incendiées, notamment par des combattants venus de l'enclave de Misrata.

"Tous des Kaddafa"

Une pratique courante pour les anti-kaddafistes dans les « petits bastions » de l’ancien régime : Ben Jawad ou Tourgha, par exemple. À ceci près qu’ici, tout le monde ou presque appartient à la même tribu que l’ex-« Guide ». « Nous sommes tous des Guedadfa. Ici tout le monde soutient Kaddafi », reconnaît Mohamed, un trentenaire en T-shirt et casquette de l'Inter de Milan. « Moi je suis resté pour protéger ma maison. Depuis hier, ils sont venus quatre fois pour essayer de prendre ma voiture ».
« Les rebelles de Benghazi (est) sont à peu près corrects. Mais ceux de Misrata ne se comportent pas bien. Ils pillent et brûlent des maisons. (…) Ils sont venus pour se venger », accuse-t-il. « Les pillages, ce n'est pas bon », confesse un chef pro-CNT, originaire de Benghazi. « Les gars de Misrata veulent leur revanche, nous on refuse de participer à ça ».

Source: AFP via www.jeuneafrique.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire