Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Libéralisation de l’audiovisuel: «Il était temps!»


Actualité
Mercredi 24 Août 2011 - 21:28

Après plus de quatre ans de promesses de libéralisation des ondes audiovisuelles, les autorités les ont enfin ouvertes ce mardi 23 août. Mais déjà syndicats de journalistes et acteurs du secteur pointent du doigt des failles flagrantes.


Cinq chaînes de télévision d'ici la fin de l'année; "trop" estiment les journalistes
Cinq chaînes de télévision d'ici la fin de l'année; "trop" estiment les journalistes
Le président de la haute autorité de la presse et de l'audiovisuel (HAPA) Mohamed Heibetna Ould Sidi Heiba a remis le cahier des charges des services audiovisuels publics, privés et collectifs mardi au ministre de la communication et des relations avec le parlement, Hamdi Ould Mahjoub. «Le gouvernement a créé une société de diffusion qui traitera tous les acteurs politiques au même pied d’égalité» a déclaré le ministre à cette occasion.
«La balle serait maintenant dans le camp des privés» qui pourront alors formuler leur demande pour la mise en place de chaînes satellitaires et de radiodiffusion, à la seule condition d’informer les autorités préalablement.

«Il était temps!». C'est en ces termes laconiques que le président du syndicat des journalistes mauritaniens (SJM), El Houssein Ould Medou, a accueilli la nouvelle. «La Mauritanie a franchi un pas important dans la voie de la libéralisation des médias après l’engagement pris par le ministère de la communication de créer cinq chaînes de télévision satellitaires et cinq stations radio commerciales» a-t-il affirmé. Mais le doyen des journalistes mauritaniens souhaite l’accélération des procédures «pour enfin ouvrir les portes des autorisations de création des radios et télévisions communautaires car elles sont plus ciblées vers le citoyen et moins coûteuses».
Mais certains journalistes mauritaniens ne cachent pas leur inquiétude de voir dans la prédominance de quelques hommes d’affaires sur le secteur, une menace pour l’ouverture des médias, «surtout à un moment où l’imprimerie nationale a fait part de son incapacité à subvenir à tous les besoins de la presse écrite en matière de tirage» explique le président de la SJM. La question cruciale que certains ont soulevé est la capacité ou non de la HAPA à gérer tout ce monde en ayant un œil sur le respect du cahier des charges, et les lois et règlements afférents à tout le secteur.

Ouverture oui, mais...

Ahmed Ould Mohamed Lemine, directeur du groupe médiatique Chinguitty et qui possède déjà un site électronique et un journal du même nom, espère ouvrir une chaîne de télévision et une station radio d’ici janvier 2012. «Les conditions posées sont conformes à la loi sur l’audiovisuel; c’est un grand pas vers une vraie libéralisation de l’audiovisuel» dit-il.

Quant à Ishak Mokhtar, directeur de PROLENS productions, reconnaissant le travail accompli, craint tout de même «que le manque de préparation sérieuse du dossier ait des répercussions négatives dans l'avenir». Pointant du doigt les risques d'inadaptation du texte aux réalités du pays, Ishkar Mokhtar s'explique: «La loi sur l’audiovisuel n’est pas adaptée aux réalités mauritaniennes, car nul n’ignore que ce texte est le fruit d'une quasi-copie du texte en vigueur dans un pays voisin. Nous craignons de désagréables surprises, comme nous en avons eu lors de la privatisation du secteur de la presse dans les années 90».

Les moyens techniques ainsi que les ressources humaines de qualité vont manquer
Les moyens techniques ainsi que les ressources humaines de qualité vont manquer
Un marché mauritanien exigu

Plusieurs craintes sont soulevées par les potentiels acteurs de l'audiovisuel privé à venir. El Housseinou Ould Medou estime que «les lacunes techniques devraient être supportées par l’état au préalable pour garantir un bon départ des nouvelles structures audiovisuelles».
D'autant plus, selon Ould Mohamed Lemine, qu'il 'y aurait pas «d’établissements techniques à même de fournir les équipements techniques pour ces projets gigantesques».

Un autre crainte concerne l'aspect commercial des chaînes de télévision autorisées. Leur impact sur la société s'avérerait dont «minime, et leurs services plus chers» estime l'association des journalistes. «Dans le contexte mauritanien, la priorité aurait dû être donnée aux chaînes communautaires, plus proches du citoyen et beaucoup moins coûteuse» analyse Ould Medou. Surtout avec un marché publicitaire extrêmement exigu, voire inexistant, pour faire vivre autant de télévisions. «Les projets de chaines commerciales misent leur viabilité sur la publicité dont l’utilité n’est pas perçue par les chefs d'entreprises publiques, et même les PME mauritaniennes» argumente le président du groupe Chinguitty. «Les publicités locales sont faibles, ce qui handicapera le démarrage et la pérennisation effective d'un audiovisuel privé fort» acquiesce le président du SJM.

«Il faudrait reconnaître que cinq radios et cinq télévisions sont ridiculement excessives pour trois millions d'habitants!» s'enflamme le directeur de Prolins productions. Il n'y aurait pas les ressources humaines pour autant de chaînes, ni «les perspectives, le sens de vision nécessaires pour ce genre de projets» de la part des hommes d'affaires mauritaniens. «Il faut compter un milliard d'ouguiyas pour monter une chaîne télévisée digne de ce nom. Croyez-vous que nos hommes d'affaires boutiquiers, qui ne savent qu'acheter et vendre au comptant, veuillent risquer un tel investissement, sans garantie de retour?» s'interroge Ishkar Mokhtar.

Rabbi Ould Iddoumou

u[cb[Combien pour une licence?
]u
Tout octroi d’autorisation engendre le paiement des taxes suivantes en ouguiyas:
- 1 million pour les radios privées communautaires
- 10 millions pour les radios privées commerciales
- 10 millions pour les chaines de télévision communautaires
- 30 millions pour les chaines de télévision privées commerciales

En plus de ces taxes, les radios et télévisions dont la couverture ne dépasse pas Nouakchott et Nouadhibou, doivent verser une somme supplémentaire de 20% de la taxe originale.]cb
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires