Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Leymah Gbowee, prix Nobel de la paix : "Charles Taylor dort au chaud alors que ses victimes n’ont pas à manger"


International
Mardi 1 Octobre 2013 - 00:03

Colauréate 2011 du prix Nobel de la paix, la Libérienne Leymah Gbowee, 41 ans, militante pacifiste, a contribué à mettre fin à la guerre civile qui a ravagé son pays, le Liberia, de 1989 à 2003. Cette « guerrière de la paix » a entraîné à partir de 2002 des milliers de femmes, chrétiennes et musulmanes, vêtues de blanc, dans un vaste mouvement fondé sur la prière et la grève du sexe. Le régime de Charles Taylor avait été contraint de les associer aux pourparlers de paix.


Leymah Gbowee (Sabine Cessou/Rue89)
Leymah Gbowee (Sabine Cessou/Rue89)
Autres articles
De passage à Paris, elle s’exprime sur la condamnation de cet ancien chef de guerre à 50 ans de prison, confirmée le 26 septembre en appel. Le premier verdict de ce type rendu contre un ex-président africain par la justice internationale (le Tribunal spécial sur la Sierra Leone, TSSL, délocalisé à La Haye pour des raisons de sécurité). Charles Taylor ne purgera pas sa peine au Liberia ou en Sierra Leone, où il est accusé d’avoir exporté ses méthodes violentes, mais dans une prison de Grande-Bretagne.
 
Que pensez-vous du verdict contre Charles Taylor ?
 
Leymah Gbowee : Est-ce que justice a été faite ? Partiellement ! Charles Taylor dort au chaud dans un lit douillet, il peut se changer quand le temps change à La Haye. Il a même eu un enfant pendant son procès, parce qu’il a le droit à des visites de sa femme.
 
Les gens qui sont restés amputés par les rebelles de Charles Taylor en Sierra Leone ne peuvent pas s’offrir trois repas par jour.
 
Certaines des femmes violées par les hommes de Taylor ne pourront jamais avoir d’enfant. Pour moi, la justice véritable serait d’accorder des réparations aux victimes. Les avoirs de Taylor devraient servir à les dédommager.
 
Charles Taylor est-il toujours craint ou influent au Liberia ?
 
Non, les gens cherchent à tourner la page. Pour certains c’est plus difficile. Il reste un héros pour beaucoup de ceux qui se sont battus pour lui. Mais il n’a plus d’influence en politique.
 
Le Liberia est-il une nation réconciliée ?
 
En fait, la réconciliation n’a pas commencé ! Nous sommes toujours bloqués dans des divergences sur ce que la réconciliation devrait être.
 
Un groupe de gens devrait pouvoir dire : voilà comment nous allons commencer ce voyage collectif. Mais nous n’avons pas encore décidé.
 
La Commission vérité et réconciliation (CVR) a rendu en 2009 un rapport très controversé, qui interdit certaines personnes de tout mandat public pendant trente ans – parmi elles, la présidente en exercice du Liberia, Ellen Johnson-Sirleaf [accusée d’avoir un moment soutenu Charles Taylor, ndlr].
 
Certains veulent que le rapport soit appliqué, d’autres veulent le mettre à la poubelle. Nous savons que nous devons nous réconcilier, mais quand et comment ? La question reste posée.

Sabine Cessou
Pour rue89
Mamoudou Kane


              


1.Posté par sacha le 01/10/2013 09:44
Taylors est emprisonné alors le mettre à la prison de son pays serait un gros risque d'évasion.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire