Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Lettre d’un ministre des affaires étrangères, de son état, qui a reçu des coups sur la tête à son président qui a fait des coups à la tête de l’Etat.


Tribunes
Lundi 18 Juillet 2011 - 22:25

Monsieur le président,

Je vous écris avec ma main gauche, parce que la droite est traumatisée en protégeant ma tête des coups furieux que le chargé d’affaires de notre ambassade à Tunis, m’a assénés au milieu de ma chambre d’hôtel où je sirotais tranquillement mon thé en pensant aux secrets de polichinelle que j’allais vous raconter sur ma mission et que déjà le ministre des affaires étrangères tunisien connait puisque je n’ai pu me retenir de les lui raconter.


Lettre d’un ministre des affaires étrangères, de son état, qui a reçu des coups sur la tête à son président qui a fait des coups à la tête de l’Etat.
On m’apprit que mon agresseur, le chargé d’affaires, était furieux à cause de son limogeage et aussitôt j’ai essayé de fuir parce que l’ambassadeur lui aussi… était limogé. J’ai trouvé refuge à la clinique où ma tête reçut quelques soins intensifs dans le service hospitalier réservé aux victimes de délinquance. Heureusement que l’on retrouve ses cousins à l’étranger sinon que serai-je devenu ?

Monsieur le président,

Je n’ai rien à vous apprendre, car je sais que vous êtes habitués aux coups. Des coups d’Etat aux coups de tête, mais contrairement à moi, vous nous les donnez, alors que nous on les reçoit. Aussi, j’ai consigné dans mon rapport, que vous recevrez dès que j’aurais l’usage de l’autre main, quelques propositions concrètes pour que, nous ministres, nous ne soyons pas traumatisés du côté de la tête.
Parmi ces propositions celle de doter tout le gouvernement de casques de protection anti-secousses et antichocs. Je propose que l’on confie ce marché public à mon cousin qui n’y connait rien en casque mais qui est très fort dans les coups. Ce marché sera financé par un nouvel article ouvert dans mon budget libellé : « fond affecté au renforcement des capacités crâniennes des ministres en mission à l’étranger».

D’autre part, et au cas où ce fond serait détourné mettant nos crânes en danger, il serait bon que l’on remplace tous les chargés d’affaires, cette fonction devenue dangereuse, par des hommes d’affaires tout court. Ils sont moins dangereux et correspondent très bien à la mission de nos ambassades. Je ne vois pas d’inconvénients d’ailleurs, pour bien correspondre à cette mission, que l’on change l’intitulé de ma charge ministérielle en « Ministre des bonnes affaires étrangères ». On aura tous à y gagner puisque le ministère du Commerce sera sous ma tutelle.

Monsieur le président,

Je souhaiterai aussi que vous demandiez à la Francophonie, un rendez-vous avec Abdou Diouf, pour solliciter de sa bienveillance de supprimer le verbe « limoger » de la langue française. En effet, ce verbe « limoger » a causé beaucoup du tort à notre pays.

En 2005 quand vous et votre cousin ELY ould Mohamed Vall allaient être limogés par Ould Taya, vous avez fait un coup d’Etat, lorsque en 2007 Sidi Ould Cheikh Abdallahi, vous a limogé vous avez fait un coup d’Etat et lorsque j’ai limogé ce chargé d’affaires, il m’a donné des coups sur la tête.
Monsieur le président, ce verbe est dangereux, il va nous mener à notre perte. On pourra demander à la francophonie de le remplacer par un verbe toujours du premier groupe, mais bien de chez-nous. Aussi, je propose le verbe « remercier », qui veut lui aussi dire «dégommer», qui a les mêmes effets ,mais plus sympathique.

Monsieur le président,

J’aurai dû rester à la défense, au moins là je sais que je ne crains rien puisque je ne servais à rien. Aux bonnes affaires étrangères, je ne sers toujours à rien mais c’est plus dangereux. Vous devriez recruter tous les chargés d’affaires de nos ambassades au BASEP et les vaches seront bien gardées.
Mais je ne saurai terminer cette lettre, sans vous « remercier » de la confiance que vous avez placée en moi en tant que ministre des affaires étrangères et sachant bien que ce maudit verbe « limoger » est toujours utilisé, je souhaiterai qu’il ne soit pas utilisé à mon égard, car si vous, vous avez le BASEP, et si mon chargé d’affaires à des poings biens durs, moi j’ai une petite tête, je porte des lunettes et je risque d’y laisser ma peau.

Votre dévoué ministre des (bonnes) affaires étrangères qui aimerait avoir un poste plus tranquille sans être « limogé ». Je propose étant sans défense, incapable de me défendre, de revenir à la Défense.
Signé

Le ministre battu malgré lui.
___________________________________
Pr ELY Mustapha http://haut-et-fort.blogspot.com/


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter