Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

"Les élections auront lieu en novembre" : Quand la CENI se fait coiffer au poteau


Actualité
Mardi 31 Juillet 2012 - 17:47


Autres articles
"Les élections auront lieu en novembre" : Quand la CENI se fait coiffer au poteau
C’est à Kiffa, au cours d’une réunion des cadres qu’il présidait, que le Ministre de l’Intérieur Mohamed Ould Boilil, a prouvé que son département continue en réalité à avoir la main haute sur les élections en Mauritanie, en annonçant unilatéralement l’organisation en novembre prochain des élections législatives et municipales. Exit, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) clouée au pilori à peine née. Exit aussi, la Coordination de l’opposition démocratique (COD), force incontournable sur l’échiquier politique nationale et dont l’avis a été royalement ignoré. Ce qui augure d’une crise politique encore plus profonde en Mauritanie.

C’est au cours d’une réunion des cadres qu’il présidait vendredi 27 juillet dernier à kiffa, que le ministre de l’Intérieur, Mohamed Ould Boilil a révélé la date des élections législatives et municipales. Celles-ci devront avoir lieu, selon lui, courant novembre 2012. L’administration locale a été ainsi sommée de prendre toutes les dispositions nécessaires pour l’exécution d’une telle décision. Il s’agit-là de la première déclaration d’un officiel par rapport à la date des élections depuis leur report controversé en octobre 2011
Seulement, cette annonce aux allures de scoop, suscite moult interrogations et provoque l’inquiétude sur l’avenir politique du pays. En effet, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), sensée contrôler le processus électoral en aval comme en amont, semble totalement dépassé, elle dont le rôle est déterminant dans l’organisation de tout scrutin dans le pays. Le calendrier des élections en Mauritanie incomberait ainsi à cette instance, née d’un dialogue circonscrit au pouvoir en place et trois partis membres d’une opposition dont l’écrasante majorité des leaders avait boycotté ce dialogue qualifié de "mascarade". En décidant unilatéralement de fixer le calendrier des élections, le gouvernement enlève ainsi toute crédibilité à la CENI et réconforte la position toujours défendue par l’opposition, selon laquelle cette instance n’a aucune prérogative face à l’omnipotence des services du ministère de l’Intérieur.
Encadré :
Statuts de la CENI
Crée suite au dialogue politique entre la majorité au pouvoir et trois partis de l’opposition, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est dotée de larges pouvoirs. Parmi les missions qui lui sont dévolues :
" La validation du fichier électoral ;
- l’établissement de la liste électorale sur base du fichier électoral validé, fixation du nombre de bureaux de vote et leur localisation ;
- l’enregistrement des candidatures et la délivrance des récépissés provisoires et définitifs des déclarations de candidature après contrôle par les organes compétents, de la recevabilité des candidatures et ce, à l’exception des candidatures aux élections présidentielles ;
- le choix par les candidats, des couleurs, de l’emblème, des signes et/ou les sigles électoraux ;
- la confection, l’impression et la distribution des cartes d’électeurs et les cartes de vote ;
- le contrôle de la campagne électorale ;
- l’entreposage du matériel électoral dans des locaux lui appartenant ou dont elle a la garde et son acheminement, en temps utile, sous sa responsabilité et à sa charge, dans les centres et bureaux de vote ;
- l’organisation des bureaux de vote, en termes de nombre, composition et formation des membres, localisation et nombre d’inscrits par bureau de vote ;
- l’organisation des opérations de vote, le dépouillement, l’élaboration des procès-verbaux et leur acheminement ;
- la centralisation et la proclamation des résultats provisoires et leur transmission au Conseil constitutionnel, pour les élections présidentielles et le référendum ;
- la centralisation et la proclamation des résultats pour les autres élections. "
D’autre part, en fixant la date des élections sans consulter les autres acteurs de la scène nationale, en l’occurrence la Coordination de l’opposition démocratique (COD), principale force politique, le pouvoir semble avoir opté pour l’escalade de la crise politique déjà tendue.
Par ailleurs, l’opinion se demande à juste titre la crédibilité d’un tel processus électoral à la lumière des opérations non encore achevées à cette date, de l’enrôlement des populations, surtout pour la diaspora mauritanienne.
Celle-ci, face à l’absence des services d’enrôlement dans la quasi-totalité des représentations diplomatiques mauritaniennes à l’étranger, risque de ne pouvoir accomplir son droit de vote. Même au niveau national, plusieurs électeurs seront également lésés, car à la date fixée pour les élections, il en restera encore certains qui ne pourraient paslarges se faire recenser ou retirer leur carte d’identité.
Novembre, c’est également le mois au cours duquel, la Mauritanie va vivre pleinement son quatrième Recensement générale de la population et de l’habitat. Cette opération de grande envergure mobilisera pendant cette période les autorités administratives, les élus, la société civile et les populations. Organiser des élections d’une aussi grande ampleur pendant le recensement risquera de biaiser les résultats attendus de cette opération, en démobilisant les principaux acteurs concernés.
L’aspect le plus inquiétant de la décision unilatérale prise par le gouvernement d’organiser les scrutins à novembre, est de raviver la tension politique déjà tendue entre les deux extrêmes du jeu politique. D’une part, une COD qui n’acceptera pas de se faire gommer du paysage politique, et de l’autre, une majorité qui tablera sur le boycott de ses adversaires pour rebâtir une autre "opposition" taillée sur mesure.Dans l’un et l’autre cas, les mois à venir augurent d’échauffourées à la limite du politiquement correct entre les deux pôles de la scène nationale qui jouent depuis plusieurs mois à un dangereux duel de gladiateurs où l’un des protagonistes doit obligatoirement mourir.
Cheikh Aïdara.
L'authentic
 
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires