Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Les créateurs persécutés


Vu de Mauritanie par MFO
Mercredi 2 Octobre 2013 - 01:32


Crédit: www.facebook.com/MaurimaxFilms
Crédit: www.facebook.com/MaurimaxFilms
Il s’appelle «Hamzo» et il fait du rap. De temps en temps, il sort apparemment un clip. Plus ou moins réussi. Mais quelque soit le jugement qu’on peut porter ici ou là sur la qualité du clip – souvent bonne -, sur la voix, sur les mots, sur les thèmes…, une chose est sûre : il s’agit là d’une première manifestation de l’absence d’un cadre «officiel» à même de promouvoir les activités de la jeunesse mauritanienne. Rien n’est fait pour laisser éclore le génie de cette jeunesse qui se cherche dans un monde chancelant et indécis. Peu de place pour cette jeunesse assoiffée de modernité, assoiffée d’ailleurs, aspirant à autre chose qui libère de cette pesanteur qui nous pétrifie depuis tout ce temps…

Chaque fois que je vois des scènes du film Tergit, ces jeunes mauresques chantant et dansant, ce groupe de Kaédi présentant la chanson qui a remporté le prix du festival de la jeunesse de 1974, et cet orchestre national avec tous ses éléments : de Hadrami Ould Meydah, un véritable monument de l’art moderne mauritanien s’il en est, à «Petit Sall», le guitariste, à Ould Sa’oud, à Mohamed Neyfara…, chaque fois que je les vois, je me dis : «que de temps perdu, que de talents perdus, que de joies à jamais réprimées…» je me dis que le malheur du pays, c’est d’abord le recul de la joie, l’absence de la joie, la répression de la joie qu’on nous impose. Depuis des décennies, nous avons perdu le réflexe de nous amuser, de laisser parler notre émotion… alors que c’est l’émotion qui suscite la création. Qui provoque les évolutions qui annoncent les révolutions.

La mentalité qu’on nous impose, et qui n’a pas toujours été la nôtre, est celle qui fait régner une tristesse générale sur les esprits. Ce qui cause «la constipation» de la société. Au propre et au figuré.
Notre société a été incapable de digérer son devenir, comme elle n’a pas pu «avaler» son passé, elle s’est perdu entre deux états : celui d’une société en rupture avec ce qu’elle fut et sans vision pour ce qu’elle veut être.

Des jeunes tentent parfois d’innover, de bousculer les habitudes et de rompre le carcan qui les empêche de se mouvoir. Ils sont immédiatement la cible de quelques censeurs aigris et constipés. Et qui ne veulent pas du changement.
Seuls les rétrogrades savent que «chaque fois que les rythmes de la musique changent, les murs de la ville tremblent». Et quand les murs tremblent, ce sont tous les ordres qui s’effondrent.

Novateurs, créateurs libérez-vous et unissez vos efforts. Ne vous en faites surtout pas : il se trouvera toujours quelqu’un pour apprécier ce que vous faites et qui vous donnera raison de le faire. Continuez. Rien que pour ça.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter