Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Les bonnes résolutions


Vu de Mauritanie par MFO
Mardi 8 Janvier 2013 - 10:47


Autres articles
Les bonnes résolutions
Que faire ? En ce début d’année, il faut d’abord se souhaiter les meilleurs des vœux. Ne serait-ce que pour marquer un brin de résistance face à certaines voix qui se sont élevées pour fustiger la célébration du nouvel an… chrétien. Ce n’est pas une année chrétienne qu’on célèbre, en tout cas pas de la manière avec laquelle elle est célébrée en Occident. C’est une année «administrative», la seule qui vaille pour l’Humanité entière malgré les différences qu’il faut préserver et qui le seront d’ailleurs malgré tout.

Le début de l’année n’est qu’une occasion de se retrouver dans la joie, de renouer quelques liens brisés par la constipation de tous les jours… Pas de raison d’en faire l’objet d’un prêche ni d’un sermon. Surtout dans un pays où les inégalités et les injustices sont à dénoncer encore et encore. Mais passons.
 
Que faire ? Se résoudre d’abord à ne plus perdre de temps à discutailler de futilités à défaut d’imaginer un vrai débat politique avec des propositions et des contrepropositions. Réhabiliter le travail comme valeur et arrêter de faire de la politique une source de revenus. Encourager la production et se rendre utile en toute circonstance. Décider de ne pas attendre qu’on vous vienne en aide pour résoudre, à votre place, les problèmes qui vous sont posés. Décider de vivre selon vos moyens. Refuser donc le parasitage social (en subir ou en faire).

Dénoncer toutes les injustices dont vous pouvez être témoin. Surveiller le policier du coin, l’administrateur, le journaliste, le gendarme du poste, le commerçant, l’enseignant… pour s’imposer comme organe de veille contre la corruption. Refuser d’utiliser le zazou pour se conformer aux règles et lois les plus élémentaires. S’arrêter au feu rouge le temps de laisser passer votre frère d’à côté. Militer pour plus de transparence dans les relations sociales et dans la gestion de la cité. Contribuer activement (et rapidement) à réinventer les vertus de ce peuple et les vocations naturelles de cette terre de Mauritanie : humilité, tolérance, équité, convergence, terre de rencontre…
 
Chacun a ses résolutions pour l’année 2013. Un an pour essayer de réaliser tout ou une partie de ces résolutions. Après 2013, on aura 2014, comme on a eu 2013 après 2012… Absurde de le dire ainsi. Vous avez le droit de le dire si vous faites semblant d’ignorer la complexité que nous avons à intégrer la notion «temps» dans notre mental. En chacun de nous sommeille cette tendance qui devient une seconde nature et qui consiste à vouloir nous faire tourner en rond.
 
Certains vont la comparer à un disque enrayé qui envoie toujours les mêmes sonorités. Ceux-là évoqueront les exigences politiques qui n’ont pas changé depuis l’avènement de la première République. Ils vous inviteront à réentendre un discours de feu Moktar Ould Daddah pour vous dire que les problématiques sont restées les mêmes depuis. «On contourne les problèmes comme un campement en transhumance contournerait une dune lui barrant la route».
 
D’autres vous diront que nous avons toujours subi la nature, le cours des évènements, d’où cette paresse dans l’action, un peu pour ne pas parler de «refus de l’action». Les plus entreprenants parmi nous sont ceux qui finissent par réagir fortement avant de laisser s’estomper leur mouvement d’humeur. «Ce qui fait que toutes nos révolutions ont avorté parce qu’elles ne sont pas allées au bout de leur mouvement…»
 
Quoi qu’il en soit, nous en sommes là à attendre… que la pluie arrive… qu’une catastrophe nous frappe… qu’un cataclysme nous emporte… qu’une Providence nous sauve… et nous attendons… nous attendons… nous attendons…
…Le temps passe pour les autres qui accumulent, qui produisent, qui mangent, qui s’amusent parfois, qui se soignent, qui s’éduquent, qui se parlent, qui se reconnaissent…
 
Nous continuons quant à nous à discuter dans les salons huppés ou dans des baraques misérables ou encore sous des tentes et des cases altérées par le temps (qui passe quand même), autour de nous des matériaux fabriqués ailleurs et pour s’habiller ou manger des légumes importés, du mil acheté sur les souks frontaliers, du riz venu d’Asie, du Thé importé de Chine, des tissus de partout et de nulle part, des boites de conserve où la sardine d’origine mauritanienne nous est revendue trois fois plus cher le prix d’origine, du savon, de l’huile, des stylos, des cahiers… qu’est-ce qu’on n’importe pas en fait ?

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter