Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Les banques, encore les banques


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 20 Septembre 2014 - 23:00

Le retrait de l’agrément de Tamkeen Bank par le Conseil monétaire de la Banque Centrale de Mauritanie, relance les polémiques autour du système bancaire mauritanien et au-delà du système financier.


Les banques, encore les banques
Les premiers commentaires n’ont pas manqué de rappeler le cas de la Maurisbank, absente depuis quelques semaines à la séance de compense de la BCM. Mais l’on a évité de parler de la source des dysfonctionnements de ce système qui est d’abord liée à la faiblesse de la direction de la supervision bancaire. Une direction qui n’a jamais, par le passé, pu (ou voulu) imposer son autorité aux banques primaires et institutions financières de la place.
 
C’est bien l’absence d’une telle autorité qui explique la multiplication exponentielle des agréments qui se chiffrent à une vingtaine pour les banques et à beaucoup plus pour les institutions financières spécialisées. Une autorité qui vient de s’exercer sur le cas de Tamkeen Bank dont le projet avait été initié par des opérateurs koweitiens, libanais et mauritaniens.
 
Le Conseil monétaire a, au cours de sa réunion du 11 septembre, «constaté que les actionnaires de la banque n’ont pas libéré le capital dans les délais prévus par la législation en vigueur». Par conséquence, il a retiré l’agrément. L’ordonnance 2007-20 réglementant les établissements de crédit explique en son article 18 que «le retrait de l’agrément est prononcé par la Banque Centrale, soit à la demande de l’établissement de crédit, soit d’office lorsque l’établissement de crédit concerné :
a) ne remplit plus les conditions au vu desquelles l’agrément lui a été accordé ;
b) n’a pas commencé son activité dans un délai de douze (12) mois à compter de la date de notification dudit agrément après mise en demeure non suivie d’effet
».
 
Pour revenir aux causes profondes du «mal bancaire», il faut noter que la prolifération des institutions financières (entre banques et établissements) a été justifiée par le boom pétrolier et minier prévisible alors. Mais rien n’a été fait pour atténuer les effets de la crise de ces deux secteurs économiques et de la désaffection qui en a résulté. L’effet boomerang de la crise, mais aussi des dysfonctionnements dans la gestion des secteurs pétroliers et miniers est pour quelque chose dans la saturation du système bancaire. Trop de banques pour une activité qui ne suit pas forcément.
 
Autre source de crise, l’existence de systèmes financiers parallèles spécialisés dans le crédit. La manifestation de l’existence de ce système se trouve dans le phénomène dit «chipeco». Quand les parents des victimes de ce système de crédit manifestent pour réclamer la fin du régime de «la contrainte par corps», ils se trompent de cible. Ce qu’il faut combattre – et amener les autorités à combattre – c’est le système parallèle de crédit et les taux usuriers qui s’y pratiquent. C’est quand même un exercice illégal d’une activité réglementée et dans des conditions légalement réprimées. Aux autorités de combattre le phénomène en le ramenant dans le formel. C’est le moment pour le ministère de la justice d’agir, surtout que son locataire actuel Sidi Ould Zeine est un banquier qui connait parfaitement de quoi il s’agit.
 
La détention par des particuliers de fonds à même de servir dans des opérations financières, indique aussi que la bancarisation est restée faible malgré les nouveaux billets et les campagnes entreprises par la BCM pour obliger les détenteurs de gros fonds à les déposer dans les banques.
Il y a aussi l’effet de ce nouveau système bancaire d’inspiration islamique. C’est bien dans le cadre de l’encouragement de l’adoption de ce système que nombre de banques et d’officines ont eu l’agrément. Mais est-ce que la direction de la supervision bancaire a suivi cette explosion de «produits financiers islamiques» ? est-ce qu’elle s’est réellement dotée de moyens légaux pour assurer une réelle surveillance et un contrôle efficace du volet islamique de l’activité bancaire ? Dans le cas par exemple de la Maurisbank – parce que tout le monde semble se focaliser sur cet exemple – que peut la Banque Centrale quand cette institution a le droit d’invoquer l’interdiction pour elle de traiter les créances à intérêt ? En l’absence d’un contrôle efficace, le secteur financier islamique en Mauritanie, n’est-il pas devenu une simple formalisation des activités de blanchiment d’un argent «politique» avec des émetteurs et des destinataires occultes ?
 
L’on ne peut terminer ce rapide tour d’horizon – qui reste superficiel tant que des enquêtes ne sont pas menées sur le secteur bancaire – sans noter le poids de ce système sur la communauté nationale qui a plusieurs fois payé ses déboires. Sans retour dans la mesure où il peine à jouer le rôle qui doit être le sien dans le développement du pays. Si les banques «traditionnelles» ont failli, c’est que les autorités chargées de faire respecter les lois et règlements en la matière l’ont voulu si elles n’y ont pas franchement contribué. 

Mohamed Fall Oumere
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter