Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Les Magistrats et le Président


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 29 Septembre 2012 - 14:13


Autres articles
Les Magistrats et le Président
La semaine dernière, l’Amicale des Magistrats, une sorte de syndicat qui sert à un corps qui ne doit pas s’organiser dans un cadre syndical, cette Amicale a été reçue par le Président de la République. Mise en place avec le concours du ministre actuel de la justice, l’Amicale est composée d’éléments bcbg, rien pour inquiéter ou pour choquer. Rien aussi pour faire la révolution dans le secteur, même pas la réforme, encore moins le reste…

Les premières questions des membres du bureau de l’Amicale se rapportaient naturellement aux traitements : le salaire qui doit être maintenu après retraite, sinon l’augmentation des traitements et soldes, augmentation des émoluments… tout ce qui touche aux avantages matériels. Ce à quoi le Président aurait répondu : «on verra».

Les autres questions ont été alors abordées. Le Président : «Je n’ai jamais appelé ni fait appeler un Magistrat pour un problème quelconque. J’ai toujours voulu et espéré que vous preniez conscience de l’utilité pour vous et pour nous d’assumer entièrement votre indépendance. Pour moi, le plus grand héritage que je puisse laisser quand je quitterai le pouvoir, c’est une justice assainie… aidez-nous en prenant au sérieux vos prérogatives et votre travail…» En substance.

Interloqués par un tel discours, les Magistrats ont regretté avoir déclaré tant de soutien en voulant inscrire leur démarche dans un cadre politique. Mais il ne s’agissait pas d’être surpris. Il fallait être dérangé, interpellé, affecté au sens de l’objection de conscience…

Les Magistrats mauritaniens peuvent assumer leur liberté de jugement parce qu’il n’y a pas d’interférence de l’Exécutif ou du moins d’interférence déclarée. Ils peuvent juger en leur âme et conscience et c’est ce qui leur est demandé. Qu’ils aient pitié de ce pays et de sa population, qu’ils craignent le jugement des hommes et celui, Immanent, de Dieu.

En 2005, nous sommes sortis d’une période dont les effets pèseront longtemps encore sur le devenir mauritanien. La subordination du judiciaire et du législatif à l’Exécutif, la détérioration du cadre de formation de l’homme mauritanien, la corruption de l’Appareil (administratif et judiciaire), la déliquescence et la clochardisation des fonctionnaires, l’exercice quotidien de l’arbitraire, la prédation instituée en méthode de gouvernance, la duplicité de la majeure partie de l’élite et de l’encadrement… 21 ans que cela durait. De quoi mouler des générations aujourd’hui perdues. Pour eux et pour nous.
Nous mettrons du temps à nous en relever.

Mohamed Fall Oumere

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter