Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Lequel croire ? Sid'Ahmed Ould Raiss contredit les chiffres du nouveau ministre des affaires étrangères…


A.O.S.A
Vendredi 4 Septembre 2015 - 00:46


 

Jour pour jour, alors que l’un, Hamadi Ould Meimou venait d’être nommé nouveau ministre des affaires étrangères, l’autre Sid'Ahmed Ould Raiss ministre des affaires économiques et du développement dévoilait ses chiffres en animant l’atelier de validation du rapport d'évaluation du CSLP pour la période 2001-2015.

 

C’est tout simple : En 2004, un an avant le coup d’état, Hamadi Ould Meimou était alors  le commissaire de Taya aux droits de l’homme à la lutte contre la pauvreté et à l’insertion. Le 17 octobre 2004, en présence de l’actuel président du conseil constitutionnel alors premier hartani premier ministre, Hamadi Ould Meimou sortait ses chiffres en commémorant ce jour-là la journée internationale de lutte contre la pauvreté.

 


D’abord le futur ministre des affaires étrangères dit pour la postérité que Taya était le président des pauvres par excellence :  « A cet effet, M. Hamadi Ould Meimou, commissaire aux Droits de l'Homme, à la Lutte contre la Pauvreté et à l'Insertion a souligné que la lutte contre la pauvreté et l'ignorance ainsi que l'amélioration des conditions de vie des populations ont constamment été au centre des préoccupations du Président de la République, Monsieur Maaouya Ould Sid'Ahmed Taya.

Il a aussi noté que la Mauritanie a aussi été l'un des premiers pays à élaborer de manière participative, et à adopter un cadre stratégique de lutte contre la pauvreté, document central de la politique de développement économique et social du pays.

 

M. Hamadi Ould Meimou a aussi indiqué que sur le plan opérationnel, des programmes ambitieux en faveur des poches de pauvreté et des groupes les plus défavorisés, en milieu rural comme en milieu péri-urbain ont été mis en oeuvre dans les domaines prioritaires que sont l'eau potable, l'habitat social, les infrastructures socio-économiques de base avec une approche à haute intensité de main d'œuvre, les activités génératrices de revenus et le micro-crédit. Il a aussi souligné qu'une attention particulière a été également accordée à l'insertion des groupes les plus vulnérables de la population, à travers la formation professionnelle des jeunes sans qualifications, la requalification des diplômes de l'enseignement supérieur et les filets de sécurité. »

 

-------------------------------

 

 

Ensuite il a sorti les chiffres qui contredisent ceux de Sid'Ahmed Ould Raiss aujourd’hui  qui a déclaré il y a deux jours :«  que l'exécution des trois plans d'action du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) a été sanctionnée par un recul appréciable de l'indicateur de pauvreté qui est passé de 51% en 2001 à 31% en 2013, soit une moyenne de régression annuelle de 1,7%. »

 

 

 

------------------

 

 

Le problème c’est qu’en 2004, l’actuel ministre des affaires étrangères alors commissaire à la lutte contre la pauvreté assurait  que l’indice de la pauvreté toujours en baisse depuis 1996 était de 46% en 2000 et prévu pour 41% en 2004. Impossible qu’il ait été de 51% en 2001...

 

 


L’ami à l’époque rapporte exactement : « Il a ensuite révélé que le pourcentage des pauvres est passe de 56 pc en 1990 à 50 pc en 1996 et de 46,3 pc en 2000.

Les projections de ces chiffres pour l'année 2004 prévoient un niveau de pauvreté en constante diminution, de l'ordre de 41,3 pc.

Le Commissaire aux Droits de l'Homme, à la Lutte contre la Pauvreté et à l'Insertion a ajouté que l'année 2004 constitue une étape charnière dans le processus du développement durable de notre pays, avec l'achèvement du premier plan quadriennal d'action du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté couvrant la période 2001-2004 et l'élaboration du second plan pour la période 2005-2008, qui permettra de consolider les acquis et de mieux prendre en compte les exigences du développement. »

D’où sortent les 51% en 2001 de Sid'Ahmed Ould Raiss ? L’un des deux ministres raconte ou a raconté des sornettes mais lequel ? L’actuel ministre des affaires économiques ou l’ancien commissaire à la lutte contre la pauvreté. Il faudrait savoir de qui se méfier…

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires