Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Légui nak ?*


Tribunes
Dimanche 15 Décembre 2013 - 10:47

Depuis la signature en juillet 2012 du Protocole de pêche avec l'Europe, une rude bataille s'est engagée entre ses pro et et ses contre.
Pendant 14 mois, le camp "européen " amené par les céphalopodiers espagnols, a tout fait pour le faire capoter, avant que le mardi 8 octobre 2013, le Parlement européen ne rende son verdict: 424 voix pour et 120 contre. Vote sans appel.


Légui nak ?*
Ici, c'est la douche froide pour les anti Protocole "mauritaniens". Silence Radio. Profil très bas. Où sont-ils donc passés ces gens-là si prompts à critiquer ? C'est à croire que rien ne s'est passé.

Pourtant, justement, il s'est passé quelque chose qu'on peut même qualifier d'événement majeur. Les négociateurs européens et mauritaniens ont défendu pendant 29 mois, un Protocole équitable et mutuellement avantageux, le premier du genre. Ils ont eu gain de cause. La Mauritanie gardera ses céphalopodes, ses 20 milles, ses 60% de marins, ses 2% de captures! etc., etc. Certains, croient même rêver...

Les négociations ont été dures, très dures. Mais cela était prévisible, à cause des intérêts en jeu. On s'attendait donc aux manœoeuvres savantes de la grosse industrie européenne pour saborder le Protocole.

Je m'attendais aussi personnellement à une sale campagne de diffamation comme d'habitude sur ma personne. Je n'ai pas été déçu. Certains consignataires mauritaniens et leur presse, comme à l'accoutumée s'en sont chargés. Personnifiant à outrance le Protocole, ils ont tenté de faire croire que celui-ci n’était que le fruit de l’imagination personnelle d'un Conseiller technique peu au fait des enjeux, et surtout peu au fait du rapport de forces en présence. C'était comme si j'avais pensé, négocié et signé ce Protocole sans mandat et sans en référer à personne.

Mais le plus difficile à comprendre pour moi, au delà de tout, aura été le comportement de certains de nos fonctionnaires, élus et partis politiques toutes tendances confondues. Contrairement à leurs homologues européens qui défendent bec et ongles les intérêts de leur camp, eux, ont tenté de marquer contre le leur. Ils ont ramé à contre courant des intérêts mauritaniens, qui pour des raisons d'agendas personnels, qui pour des raisons de politique interne et peu importe le préjudice causé à la Nation. Le moindre des dégâts qu'ils ont causé par leurs signaux erronés, aura été d'avoir entretenu l'espoir chez certains états européens de voir la Mauritanie céder à leurs injonctions, allongeant ainsi considérablement les négociations et du coup des pertes pour les deux parties

Nos partis politiques et nos élus contrairement à leurs homologues européens, étaient indifférents. En 2012, à la signature du Protocole, ni notre majorité, ni notre opposition n'ont réagi. En Europe c'était la mobilisation générale , chez nous le calme plat. La Majorité a persisté dans son silence sidéral, mais l'opposition inspirée sans doute par les mouvements de marins, s'était mise à faire de la récupération classique. Peu importe si ces marins avaient été débarqués pour faire pression sur la Mauritanie. Certains élus** de Nouadhibou -de surcroît-, et chefs de partis politiques ont ainsi soutenu de fait la position étrangère contre celle de la Mauritanie pour des raisons de politique interne et cette fois, publiquement. Il ne s'agissait pourtant pas de réalisations classiques du "Régime", que l'Opposition "se devait de contester" mais d'un Protocole vital liant la RIM à 27 états européens.
J'ose espérer qu'ils ont agi ainsi par manque de discernement.

En outre, les fonctionnaires qui sont censés défendre la position mauritanienne officielle, non seulement ne l'ont pas fait, mais certains d'entre eux- et pas des moindres-, n'ont pas hésité à émettre des avis contraires, parfois même devant leurs homologues européens. J'ose espérer qu'ils l'ont fait par manque de professionnalisme.

Tous ces signaux contradictoires en provenance de notre élite, et la personnification du Protocole, ont donc entretenu l'espoir du camp européen anti Accord de voir la Mauritanie céder. Cela ne fut pas le cas, mais le préjudice causé aura été énorme pour les deux parties.

Durant ces 29 mois d'atermoiements, nous devions non seulement contenir la pression de Bruxelles, des 27 états membres et de leurs alliés, mais aussi nous battre contre notre propre camp pour éteindre les signaux en contradiction avec la position mauritanienne. Situation délicate s'il en est.

Mais au final la Mauritanie n'a pas cédé. Les objectifs atteints sont bien réels et le Protocole est cité comme modèle dans la sous-région, pour avoir pris en compte la gestion durable de la ressource et les intérêts des populations autochtones, surtout l'énorme frange des pêcheurs artisanaux et des dockers etc. Mais où sont donc passés aujourd'hui nos élites si promptes alors, à critiquer un protocole dont manifestement elles ignorent tout ? Allez savoir.
Mais peu importe. Nous avons un protocole plus équitable dont nous étendons le modèle à nos autres partenaires. Les Russes n'en ont-ils pas accepté les mêmes conditions techniques, et une redevance de 123€ à la tonne pêchée, qui leur était bradée auparavant à 20$? Les Chinois n'ont-ils pas accepté de renégocier la fameuse convention Hondong tant controversée,pour la rendre mutuellement avantageuse? Les Japonais ne sont-ils pas venus négocier, pour la première fois à Nouakchott au lieu de Tokyo, pour renouveler leur accord thonier qui date de 20 ans sans jamais avoir subi le moindre amendement ?

Mais il faut rendre à César ce qui appartient à César. Oui les négociateurs ont joué leur rôle, mais ils auraient été bien vite balayés par la tempête, n'eurent été leurs soutiens.

- Tout d'abord celui du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, sans lequel le Protocole n'aurait même pas été signé et surtout aurait été bien vite anéanti. Les ministres européens et autres " fins stratèges" Mauritaniens qui ont essayé d'infléchir sa position se sont heurtés à un mur. Parfaitement au fait des raisons invoquées des uns et des autres, sa position est restée inchangée depuis son soutien appuyé à Atar en Août 2012.

- Certaines de nos organisations socioprofessionnelles du secteur : La Fédération nationale de pêche artisanale, dont le président Sid Ahmed Ould Abeid a mené une campagne sans relâche à Nouadhibou mais aussi en Europe ; le Comité des Marins et Capitaines de la pêche artisanale dont le président Haroun Ismael Lebaye a également été très dynamique à Nouadhibou pour soutenir le Protocole ; La Fédération nationale des mareyeurs mauritaniens.

-L’ONG CAPE (Coalition pour les Accords de Pêche Équitables) sous la houlette de la très combative Béatrice Gorez sa coordonnatrice, et dans son sillage le WWF ;

- La nouvelle politique affichée de Bruxelles qui tend vers des accords plus équitables, qui, il faut le dire, auraient sensiblement facilité la tâche des négociateurs, n'eurent été les blocages des lobbies espagnols et néerlandais, notamment.

Aujourd'hui donc, grâce à la nouvelle volonté politique d'améliorer le Secteur des pêches chacun a son compte avec ce Protocole plus équitable, bien que loin d'être parfait, où, malgré les détracteurs de tous acabits, la Mauritanie gagne aussi, elle, qui était toujours la grande perdante

Cheikh BAYA
CT du MPEM
Négociateur en Chef du Protocole de Pêche RIM - UE



*: ce mot Wolof qui signifie gnaw ? En arabe du Trarza de la vallée, voudrait dire: "et maintenant?"
**: certains parmi ces élus ont osé solliciter aujourd'hui les voix de ces mêmes populations contre les intérêts desquelles ils ont agi de façon aussi ostentatoire. C'est bien vrai que le ridicule ne tue pas.





Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter