Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le sectarisme est le Mal


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 31 Janvier 2015 - 20:00

Dernièrement, l’opinion publique mauritanienne, celle qui se construit sur la toile, a été bouleversée par cette rencontre entre le Président de la République et les représentants de la communauté Soninké. Le choc était d’autant plus grand que les termes sont ceux de l’AMI, agence d’information officielle. On s’attend désormais à la couverture par cette agence, et par les autres médias publics, des activités des communautés et pourquoi pas des tribus. Au-delà de tout ce qui a été dit, il faut insister sur deux aspects de la question.


Le sectarisme est le Mal
Les représentants de la communauté Soninké sont venus se démarquer d’une déclaration qu’un autre groupe aurait rendu publique au nom de la communauté Soninké, un groupe de jeunes qui se réclame aussi représentants de communauté Soninké. L’un et l’autre des groupes font usage de faux. Aucune communauté n’a de représentants attitrés. Déjà, aucun village, aucune caste, aucune tribu, aucun groupe ne peut se prévaloir d’une unité qui lui permette de désigner des représentants pour parler en son nom. Qu’est-ce qui se passe alors ?
 
Comme au niveau de chaque tribu, de chaque communauté, voire de chaque famille, la concurrence entre les acteurs pour un placement dans les structures de l’Etat (poste électif, poste administratif…) prend souvent des allures tragiques, comme s’il s’agissait d’une lutte à mort. C’est l’un des héritages de l’époque PRDSienne qui a vu l’exacerbation des différences devenir une donne dans la gestion des affaires publiques.
 
La lutte de placement qu’on peut aussi dire de classement est le moteur qui fait mouvoir l’espace politique. Le reflux des idéologies et des visions humanistes a cédé la place aux réflexes grégaires, épidermiques. Même les causes les plus nobles sont devenues un fonds de commerce politique dans cette lutte de classement. Il suffit de voir tous ces faux militants se greffer sur le combat légitime des anti-esclavagistes. C’est la faute à tout le monde. 
 
C’est pourquoi, le salut du pays passe nécessairement par une réhabilitation, une revivification (pour parler à la manière des Soufis) des vocations premières d’un Etat qui n’avait d’autre atout pour s’imposer aux siens et aux autres que la foi de ses bâtisseurs.
 
Au début était la volonté des Mauritaniens de renoncer à leurs particularismes pour fondre dans une structure qui appartient à tous et qui vit de l’apport de chacun. La volonté de créer un espace où la citoyenneté prime sur l’appartenance communautaire, où l’égalité imprime les rapports entre individus. 
 
Créer un espace où se développeront de nouvelles valeurs favorisant l’émancipation de l’individu des pesanteurs d’une société traditionnelle qui n’est pas à pleurer pour ce qu’elle impose de rapports et de pratiques iniques. L’on doit reconnaitre que, malgré les survivances mais aussi les déviances, nous sommes loin et même très loin du système qui régissait notre société et notre espace. Ce n’est pas la peine de polémiquer là-dessus.
 
Revivifier les vocations de départ consiste à refuser à tous ceux qui n’ont plus rien à nous offrir que le retour à nos rapports épidermiques, à leur refuser de nous imposer leurs manières de nous voir. Cela commence par dénoncer ces faqih et shaykh qui nous imposent les lectures les plus rétrogrades de notre religion, par lutter contre ces politiques ayant échoué dans leurs entreprises multiples et qui n’ont plus à nous proposer qu’à cultiver nos différences pour en faire une source de confrontations, et par combattre les discours développés sur l’espace public pour remettre en cause les principes sacrés pour lesquels nous nous sommes engagés ensemble (discours inégalitaires, propos contre le statut personnel, soutenant l’esclavage, cultivant les particularismes pour en faire une valeur…).
 
Ce n’est pas parce que nos politiques n’ont plus de quoi nous faire rêver à un avenir meilleur (parce que commun) que nous devons accepter de nous laisser berner par des discours qui se construisent autour des particularismes singuliers et non des richesses plurielles.  

Mohamed Fall Oumeir
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter