Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le pays où le mensonge est roi


International
Vendredi 14 Mars 2014 - 10:06

En France, un ministre peut mentir, puis "se tromper de date". Aux États-Unis, on ne plaisante pas avec le mensonge, ni même avec les "imprécisions".


Le pays où le mensonge est roi
"Barack Obama a reçu hier le ministre de la Justice, Eric Holder, pour le conforter dans ses fonctions, après cinq jours de grandes turbulences. C'est la révélation par le New York Times d'une enquête sur George Bush Jr qui a tout déclenché. Les conversations téléphoniques entre l'ancien président des États-Unis et son avocat avaient fait l'objet d'écoutes judiciaires. Le ministre de la Justice a prétendu dans un premier temps l'avoir appris par la presse, puis a dû reconnaître qu'il avait été informé par son administration. Cet épisode provoque un climat de chaos à Washington, au sein de l'exécutif. Fort du soutien présidentiel, Eric Holder a réaffirmé qu'il ne démissionnerait pas." Stop... C'est une plaisanterie. Une blague aussi grosse que les récriminations indignées de Christiane Taubira. Car à Washington, un ministre pris en flagrant délit de mensonge est écarté dans la minute.

"S'il est avéré, sans l'ombre d'un doute, qu'un ministre a menti, il doit démissionner ou il est démissionné, explique Ezra Suleiman, professeur de sciences politiques à l'université de Princeton et grand connaisseur des institutions françaises et américaines. Sinon, il est obligé de s'expliquer devant des commissions au Congrès qui le soumettent à la question jusqu'à ce qu'il ne reste plus une zone d'ombre. Chaque audition remet du charbon dans la machine médiatique. La Maison-Blanche ne peut pas se le permettre." Le Congrès américain est infiniment plus puissant que le Parlement français, et dispose de moyens sans commune mesure. Hillary Clinton en a fait l'expérience quand elle a dû répondre de l'assassinat de l'ambassadeur américain à Benghazi, en Libye, le 11 septembre 2012. Susan Rice, ambassadrice aux Nations unies, a même perdu dans cette affaire le poste de secrétaire d'État que lui réservait Barack Obama pour son second mandat. Et il ne s'agissait pas de mensonge avéré, simplement de mauvaise appréciation de la situation sur le terrain. Trompée de date ! Après son entretien à l'Élysée avec François Hollande, Christiane Taubira a admis s'être "trompée de date".

On pourrait persifler à bon droit qu'entre passer pour une incompétente ou une menteuse, la ministre a choisi la première option. Elle n'est pas la première à s'arranger avec la réalité. François Mitterrand avait, pendant le débat de la présidentielle 1988, piétiné la vérité en regardant Jacques Chirac "les yeux dans les yeux". Ce qui sauve, paradoxalement, la ministre de la Justice au pays du mentir vrai, ce sont ses adversaires. Michèle Alliot-Marie, qui souhaite aujourd'hui avec Jean-François Copé la démission de Christiane Taubira, est assez mal placée. Ou trop bien, au contraire. Elle parle d'expérience en effet, puisque l'ancienne ministre de l'Intérieur a été poussée hors du gouvernement après avoir nié ses liaisons dangereuses avec la Tunisie de Ben Ali. Au ministère de la Justice, où elle est passée, certains anciens occupants ont déjà rencontré des problèmes dans leurs rapports avec le réel. Rachida Dati a été accusée d'avoir bidonné son CV. Son lointain prédécesseur Pierre Arpaillange s'était, lui, illustré à l'Assemblée nationale en expliquant : "En 1989, sur 52 évadés, on en a repris 53" !

Source: Lepoint
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire